Collaborez au site Created with Sketch.


5 histoires de job vécues au Québec

Article rédigé par : le 4 décembre 2013.

 Découvrez 5 articles de travailleurs et chercheurs d’emploi québécois.

Source: businessofeminin.com

Source: businessofeminin.com

1- « Si j’avais su » – Wendy Marcel, Urbania (09-04-2013)

Cliquez ici pour lire l’article

« Du jour où j’ai posé mon cul de française dans ce vol de la Swiss Airlines, incrédule et impatiente de démarrer une nouvelle vie, à celui où j’ai franchi la porte du dépanneur pour venir y chercher un travail, le film paraît s’être projeté très vite. La fin en moins. »

Un article-choc d’une nouvelle arrivante française qui n’a pas réussie à trouver son eldorado au Canada.

Si nous (quelques recruteurs sur sur Twitter) avons conclu, en définitive, que c’était un peu trop négatif à notre goût, il n’empêche que cela contribue peut-être, en langage chialeux d’une cousine de l’Hexagone (je suis moi-même 50% français donc ça pourrait expliquer une couple d’affaires), à démystifier les promesses qui sont perpétrées outre-mer quant à ce qui se passe chez nous.

À votre tour de déstabiliser les recruteurs!

Abonnez-vous au blogue et recevez le e-book gratuitement.

 

2- Quand Sid Lee fait dans l’âgisme – Martine Turenne, Yahoo Actualités Québec (23-04-2013) N’EST PLUS EN LIGNE!

Cliquez ici pour lire l’article.

« Dimanche, en regardant l’émission Tout le monde en parle, j’ai compris le pourquoi, du moins en ce qui concerne l’âge, car pour la couleur, je l’ignore : Sid Lee, l’entreprise créative phare de Montréal, n’embauche pas de personnel âgé de plus de 40 ans. »

Bien des choses se sont passées au Québec en 2013 : pertes d’emplois « à cause de Pauline » , studios de jeux vidéos en effervescence, Commission Charbonneau, grève dans le secteur de la construction, ralentissement des mines, arrivée de Target, etc. Voilà qu’aujourd’hui, je vous ramène l’histoire de Sid Lee.

Un peu comme Dessau dans l’ingénierie, Sid Lee a été la firme à Montréal qui a servi de tête de turc pour illustrer un débat de société. Dans ce cas-ci, on parle d’âgisme ou de l’effet de surqualification, soit le problème qui est, sans l’ombre d’un doute, le plus reporté dans mes consultations en emploi.

Croyez-moi, nos candidats seniors sont inquiets, très inquiets.

 

3- « Une nuisance nommée LinkedIn » – Judith Lussier, Métro (24-04-2013)

Cliquez ici pour lire l’article.

« J’ai alors compris que j’étais l’équivalent sur LinkedIn de ces mamans et mononc’ qui publient sur Facebook des pensés simili-profondes sur fond de paysage, des invitations à voir qui regarde le plus ton profil ou des recettes de soupe. »

J’ai aimé cet article. Il a provoqué de nombreuses réactions, vu le titre racoleur. Moi, j’y ai apparemment vu un tout autre contenu, celle d’une néophyte qui tente tant bien que mal d’intégrer un nouveau réseau social dans sa vie. Et un réseau social pour sa carrière, ce n’est pas rien.

J’apprécie l’humilité en général, d’où mon respect pour l’auteure. Elle nous fait part de ses erreurs de parcours avec cet outil, LinkedIn, qui se veut le nouveau CV du présent et du futur selon les spécialistes.

Mais, le titre est moyen, je vous l’accorde.

 

4- « Histoire de BS » – Joël Martel, Le Quotidien (02-10-2013)

Cliquez ici pour lire l’article.

« Du jour au lendemain donc, j’ai recommencé à lire et à entendre BS un peu partout. Quand je le lis, il est accompagné de propos méprisants et quand il sort de la bouche de quelqu’un, dont certains animateurs de radio, le son du « S » me rappelle le sifflement d’un serpent venimeux qui s’enroule autour de votre gorge pour vous étouffer doucement. »

Voici un texte d’une grande authenticité, dans lequel le narrateur se rappelle l’époque où il a adopté l’expression « BS » dans son vocabulaire, pour ensuite l’abolir à jamais.

J’ai personnellement aimé le ton, ainsi que le message à la toute fin. Veut-on vraiment être celui qui juge son prochain, qui pioche sur l’argent dépensé par le gouvernement pour le support aux personnes moins fortunées? On devrait avoir mieux à faire que ça…

 

 5- « Chers amis recruteurs, un message d’intérêt public : non. » – Pascal Paradis, French Coding (02-10-2013)

Cliquez ici pour lire l’article.

« Là où je suis sévèrement irrité, c’est lorsqu’on tente de me débaucher sans que ça soit moi qui aie fait les premières démarches. Est-ce qu’il y a quelque chose de pire que de recevoir l’appel, à son téléphone de bureau, d’un recruteur inopportun? À chaque fois, j’ai été choqué de l’interaction. »

J’adore recevoir du feedback de la part de candidats. Bien que ce ne soit pas moi qui ait contacté Pascal, elle il a, pour sa part, illustré l’effet de saturation des recruteurs et l’une des façons douteuses par lesquelles les candidats qualifiés se font solliciter directement à cause de leur profil LinkedIn ou d’une sombre connaissance.

Comme recruteur, ce serait dur de ne pas continuer à le faire, mais néanmoins, ça inspire d’autres approches, comme celle-là par exemple :

« Bonjour, je suis chasseur de tête, est-ce un bon moment? … Je ne vous appelle pas pour vous dire qu’une mystérieuse connaissance m’a parlé de vos prouesses (rires). Sans blague, j’ai simplement vu votre profil LinkedIn et ai décidé de vous appeler pour vous parler de notre offre d’emploi. Êtes vous à l’écoute présentement? » .

Approche drôle et directe, ça fait plus de sens que de se faire approcher pour nous demander si on connaît quelqu’un avec tel ou tel profil! Non?

Améliorer mon profil LinkedIn

1 Commentaire

  1. Pourquoi tant de succès pour Linkedin ?

    Je suis surpris que tant de gens s’inscrive sur le réseau Linkedin qui vous demande le mot de passe de votre adresse courriel.

    C’est vrai que c’est un réseau professionnel, qui ne s’intéresse qu’aux affaires…

    Pascal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Error: Please enter a valid email address

Error: Invalid email

Error: Please enter your first name

Error: Please enter your last name

Error: Please enter a username

Error: Please enter a password

Error: Please confirm your password

Error: Password and password confirmation do not match

Share This

Cet article vous plaît?

Partagez-le avec la communauté :)