Collaborez au site Created with Sketch.


6 raisons pour NE PAS avoir peur de donner ses références professionnelles

Article rédigé par : le 4 août 2012.

Inquiet de ce que diront vos références professionnelles à propos de vous? Voici six raisons pour lesquelles votre candidature aura bien des chances de franchir le fil d’arrivée une fois parvenue à cette étape.

references-professionnelles

 

Mise en situation

Lors d’une soirée dernièrement, un ami souleva une discussion qu’il avait eue avec un recruteur lors d’une prise de références :

    – Recruteur« Des points à améliorer chez Isabelle? »

À votre tour de déstabiliser les recruteurs!

Abonnez-vous au blogue et recevez le e-book gratuitement.

    – Ami : « Oh non monsieur! Elle est parfaite, vraiment adorable! »

    – Recruteur : « Vous êtes sûr qu’il n’y a rien? »

    – Ami : « Je ne vois vraiment pas, ça fait longtemps en plus! »

On a bien rit. Parce qu’on sait tous que le processus de prise de références tend à perdre de sa valeur.

Comme dans la mise en situation plus haut, les commentaires recueillis à propos du rendement d’un candidat potentiel sont de moins en moins éloquents, abondants, voire fiables.

Pourquoi?

 

    1. Le bien-être

       Le gestionnaire voudra avoir la conscience tranquille par rapport à son image, sa marque, ses relations. Il sera probablement enclin à redorer votre blason, parce qu’il voudra également éviter de se justifier auprès de vous si vous n’aviez pas l’emploi à cause de lui.

    2. L’aide sociale

      Au Québec, il peut être mal vu d’empêcher quelqu’un de travailler (par de mauvaises références à répétition par exemple), parce que cette personne pourrait être contrainte à l’aide sociale, si elle en bénéficie à ce moment, ou si elle est en voie d’en recevoir.

    3. Votre cessation d’emploi

      Vos derniers employeurs éviteront sans doute de se contredire par rapport au motif de fin d’emploi qu’ils ont invoqué lors de votre départ. Ainsi, si vous avez des raisons de croire qu’il ne s’agissait pas du vrai motif, sachez qu’ils n’auraient pas intérêt à révéler la raison de départ réelle.

    4. En fin de processus

      La prise de références survient habituellement tout juste avant d’être embauché. Il est donc plus facile, pour le chercheur d’emploi, d’isoler la raison d’un refus de candidature.

    5. La Loi sur l’accès à l’information

      Elle permet notamment au chercheur d’emploi de donner son autorisation pour contacter les personnes qu’il aura d’abord défini. Comme recruteur, cela veut dire que je ne peux pas me renseigner sur vous auprès de références que vous ne m’auriez pas remises. Triste pour moi…

    6. Justifications difficiles

      Il n’est pas aisé de disqualifier un candidat et ce, dans toutes circonstances. À cela s’ajoute de la complexité ici, puisqu’il faut protéger sa source d’information, en l’occurrence la personne que l’on a appelée. Un recruteur est également tenu d’utiliser l’information du référent selon les compétences du poste offert, sans plus.

Se faire sauver le c…

Pour ma part, je continue à prendre les références professionnelle, parce qu’à quelques reprises, jusqu’à maintenant dans ma carrière, ce fut suffisant pour disqualifier un candidat pour des raisons évidentes.

 

Mais depuis, je constate qu’il y a beaucoup de gens qui n’ont pas de défauts!

Obtenez notre aide pour trouver un emploi

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Error: Please enter a valid email address

Error: Invalid email

Error: Please enter your first name

Error: Please enter your last name

Error: Please enter a username

Error: Please enter a password

Error: Please confirm your password

Error: Password and password confirmation do not match

Share This

Cet article vous plaît?

Partagez-le avec la communauté :)