Collaborez au site Created with Sketch.


Les bonnes périodes pour chercher un emploi

Article rédigé par : le 29 août 2017.

Survol statistique sur la recherche d’emploi au Québec : les moments de l’année / de la semaine les plus fructueux pour chercher un emploi.

 

Aperçu statistique

Les données du blogue donnent un bon aperçu de l’activité professionnelle au Québec.

Nous recevons les chercheurs d’emploi au tout début de leurs recherches, quand ils veulent un CV ou quand ils tapent « sites d’emploi Québec » sur Google, c’est nous qui sort dans les premiers résultats.

Voici les sessions au Canada (cliquez sur l’image pour agrandir) :

 

 

De nombreux propriétaires de sites d’emploi québécois m’ont confirmé que leur portrait statistique annuel est le même.

Du côté des recruteurs, cet article de Pierre Arcand sur Droit-Inc nous fait part de constats semblables quant aux meilleures périodes pour chercher un emploi.

 

Les périodes fortes

  • La période la + forte : janvier à mars

Dépression d’après les Fêtes + nos hivers difficiles + manque d’illumination. Mettez tout ça ensemble et on a une recette gagnante pour des recherches d’emploi en grand nombre!

La météo a un effet certain au Québec. Regardez le début de 2016, hiver très difficile, tout le monde est en dedans, bien emmitouflé, la recherche d’emploi explose.

Regardez l’hiver 2017 qui s’éternise, une pointe en avril-mai…ça ne ment pas.

 

  • La 2e période la + forte : septembre à novembre

Pour une raison liée aux retours de vacances encore ici.

Or, il semble que revenir de Noël soit plus abrupte que de revenir des vacances d’été.

 

Les périodes faibles

  • La période la + faible : décembre

Noël, ça va de soi.

 

  • La 2e période la + faible : mi-juin à la mi-août

Vacances et vitamine D. Un mélange heureux pour changer ses valeurs capitalistes ou oublier ses enjeux de reconnaissance par son patron.

Attention, même les entreprises aux activités estivales ont fini d’embaucher une fois à la mi-juin!

 

Est-ce qu’une période + forte est une bonne chose?

Oui et non. Si je me fie à mon expérience, les ambitions carriéristes au mois de janvier sont souvent dans la catégorie « résolutions non-entretenues ».

Ça a pour effet de surcharger le marché et de créer un maximum de compétition pour vous.

 

Est-ce qu’une période + faible est une mauvaise chose?

Vous avez nécessairement moins de compétiteurs en été quand le marché est moins actif. Ok, mais…

Les recruteurs s’absentent pour des vacances, donc vous ne serez pas plus avancé.

 

Les articles viraux

En passant, il y a des articles viraux reflétés dans le tableau (ex. janvier et mars 2016), mais ceux-ci n’altèrent en rien la qualité des statistiques et de l’analyse. Au contraire, les articles viraux mettent vraiment la table pour observer l’état des lieux.

Fiez-vous sur mon expérience, c’est facile de lancer un article viral en janvier. On le fait presque à chaque année à L’Oeil du Recruteur.

À l’été, c’est presque impossible. Pas que je n’aie pas essayé… Coup d’épée dans le beurre à blé d’inde!

Ça pourrait être la même chose pour vous en matière de succès de la mi-juillet à la mi-août.

 

Les moments de la semaine

 

  • Jours les + forts : mardi et mercredi

Comme je vous le disais en 2013, le lundi n’est pas ce qu’il y a de mieux pour faire un suivi.

Nos données le démontrent, c’est vraiment le mardi et le mercredi qui l’emportent en matière d’activité professionnelle au Canada.

Celles-ci illustrent bien la répartition de l’activité typique pour une semaine de semaine de travail.

Nos statistiques d’ouverture de courriels pointent aussi sur le mardi. D’ailleurs, du lundi au jeudi, on a tout essayé! Puisque c’est mardi le plus achalandé, on publie le mardi sur notre blogue et on envoie aussi les infolettres le mardi.

On a dû s’ajuster aux cycles de recrutement et de recherche d’emploi. Faites pareil! C’est évident que vos courriels à vous aussi ont plus de chances d’être ouverts quand la semaine est bien entamée.

N.B. Occupé, on est plus productif. On réalise plus de choses. Mon conseil n’est donc pas ce qu’il y a de plus instinctif : approchez les recruteurs quand ils ont des journées occupées!

 

  • Jours les + faibles : jeudi et vendredi (…et week-end)

À partir de jeudi midi, vous avez perdu la plupart des décideurs au profit d’une pinte de rousse. La semaine est finie, préparez-vous à recommencer vos approches le mardi suivant.

 

Obtenez notre aide pour trouver un emploi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Error: Please enter a valid email address

Error: Invalid email

Error: Please enter your first name

Error: Please enter your last name

Error: Please enter a username

Error: Please enter a password

Error: Please confirm your password

Error: Password and password confirmation do not match