Mon ancien employeur est un…

Article rédigé par : le 21 février 2017.

Saviez-vous qu’au Québec, la loi (C.c.Q) exige que l’employé agisse avec loyauté envers son employeur pendant l’emploi et après l’emploi, et ce même si ce dernier vous a congédié à votre grande insatisfaction?


Loyauté

Avouez que c’est un nom commun féminin que vous n’utilisez jamais! Nous en entendons tous parler, mais dans les faits, qui sait vraiment ce que cela veut dire? Ainsi, pour agir avec loyauté, nous nous devons d’être honnêtes avec notre employeur; faire preuve de jugement dans son rôle d’employé et faire passer les intérêts de son employeur avant les siens.

Attention!

Le devoir de loyauté est imposé par la loi. Il existe, même si l’ex-employé n’a pas signé de document l’obligeant à s’y soumettre au début ou à la fin de son emploi. Très bien! Mais dois-je être loyal envers mon ex-employeur si ce dernier m’a congédié? Affirmatif! Vous devez rester loyal vis-à-vis votre ex-employeur, même s’il vous a congédié dans le drame ou que vous avez démissionné en claquant la porte.

Cela en tête, vous vous présentez à votre entrevue de 10 :00 ce matin. La discussion se déroule très bien, les signes vous semblent favorables, au point où vous vous projetez déjà dans ce poste.

Jusqu’au moment où…

Le recruteur vous pose la question suivante: Si nous demandions à votre directeur actuel ou bien à l’un de vos anciens supérieurs de nous parler de vous, que croyez-vous qu’il nous dirait?

Quelle question stupide à première vue. Il dirait que j’étais le meilleur; il dirait que vous seriez stupide de ne pas m’embaucher; il dirait que sa réussite était tributaire de ma haute performance! Il ne dirait surtout pas que j’en suis venu aux coups avec un collègue; il resterait probablement muet sur les nombreuses occasions d’insubordination; ou bien sur le climat malsain occasionné par mes obstinations répétées.

À première vue cette question semble stupide puisque l’on vous demande de deviner comment les autres vous perçoivent. Qui va vraiment se tirer dans le pied à cette étape? On beurre épais et c’est normal.

Mais lorsque l’on s’y penche de plus près, cette question n’est pas totalement dénuée de sens. Cette question n’est jamais posée en début d’entrevue par le recruteur; elle l’est plutôt en fin d’entrevue. Une fois que le recruteur se sera fait une tête à votre sujet. Il vous perçoit d’une certaine façon et il aimerait valider ou contre-valider la façon dont vous vous percevez. Ici, si un fossé existe entre sa perception et votre perception, vous n’êtes pas sorti du bois.

Questions

Maintenant, le recruteur vous pose la question suivante: pouvez-vous nous dire ce que vous recherchez chez votre futur employeur et/ou supérieur? Ici, la fosse aux lions s’ouvre, beaucoup s’y engouffrent et se font bouffer tout rond. Pour SURVIVRE à cette question, soyez plate, soyez neutre, soyez fade. Ne soyez surtout pas enclin à sermonner votre ancien employeur, celui chez qui vous avez acquis de l’expérience. Expérience pour laquelle le recruteur vous rencontre peut-être aujourd’hui. Ne mordez JAMAIS la main de la personne qui vous a nourri.

Vous ne l’aimiez pas, il ne vous aimait pas, le tout s’est mal conclu? Soyez diplomate, ne le traitez pas de trou-de-cul, et ceci même si vous trouvez une formulation adéquate et qui vous semble parfaite.

Mon ancien employeur est une personne qui avait confiance en moi, qui m’a fait acquérir de nouvelles compétences ou bien qui a mis des programmes en place pour bonifier les connaissances pour lesquelles il m’avait initialement embauché. Mon ancien employeur me permet d’être ici devant vous aujourd’hui pour vous dire qu’en dépit de la déception temporaire qu’aura mon présent supérieur, je suis convaincu que celui-ci ne souhaite que le meilleur pour moi et si ce meilleur est sous d’autres cieux, il saura trouver le mot juste pour vous convaincre que je suis la meilleure personne pour ce poste actuellement.

Une entrevue ce n’est pas faire des mathématiques. Il n’y a pas qu’une seule formule pour expliquer le résultat. Ce qui n’évacue pas la nécessité de bien définir les variables et de bien comprendre l’équation dans laquelle nous interagissons. Nous cherchons à multiplier nos chances et à additionner les points en notre faveur. Candidat et recruteur veulent voir apparaître des + sur la grille d’évaluation et non des – .

L’entrevue n’est pas une science infuse, mais si vous partez déjà avec deux retraits contre vous, vous limitez votre marge de manœuvre et vous vous retrouvez constamment dans une position vulnérable. Le stress se lit dans votre regard. Sans tomber dans la fioriture et l’artifice, et sans exagérer sur le ton choisi, dressez à la fois une image positive et complémentaire de vous et de votre plus récent employeur.

Ce sont des points gratuits.

Obtenir de l’aide en emploi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php
$(document).ready(function() { $(".cv-preview").fancybox(); });