Démissionner? Pas tout de suite.

Article rédigé par : le 29 octobre 2014.

Je tiens à vous donner le conseil suivant : n‘abandonnez pas votre emploi avant d’en avoir trouvé un autre.

Image exit

Trop souvent, j’ai rencontré des gens qui ont démissionné sans la certitude d’avoir un autre emploi en sortant. Ils pensaient fort probablement que c’était la bonne chose à faire parce qu’ils en avaient marre. Ils sont ensuite confrontés à 3 défis auxquels ils n’avaient pas pensés :

 

  1. Les recruteurs sont généralement perspicaces. S’ils rencontrent un candidat qui vient de démissionner sans aucune porte de sortie, ils voudront savoir pourquoi. Êtes-vous une personne trop exigeante envers votre employeur? Êtes-vous entré en conflit avec vos collègues, ce qui vous a poussé à partir? Êtes-vous du genre à tout laisser tomber? Essentiellement, ils veulent éviter qu’une situation du genre se reproduise dans leurs rangs. Ne soyez pas surpris qu’ils soient sur leurs gardes!
  2. Lorsque vous êtes en emploi, vous détenez un certain pouvoir de négociation avec votre futur employeur. Le recruteur sait qu’il doit vous convaincre. Vous détenez des acquis: un job, un salaire, une certaine stabilité. Des acquis que le recruteur se devra de remplacer (voire surpasser) s’il veut vous embaucher. Vous verrez, ça fait du bien d’être dans le siège du conducteur quand vient le temps de parler de conditions de travail.
  3. Même si vous êtes le meilleur de votre profession, les circonstances peuvent faire en sorte que votre recherche d’emploi s’éternise. Soudainement, après quelques mois sur le chômage, le budget rétrécit et la recherche d’emploi devient plus « flexible »… On se met à considérer des postes qui ne comblent qu’une partie de nos critères. Si vous aviez gardé votre emploi, vous n’auriez pas ce problème.

 

Allez, tenez le coup! Gardez votre emploi encore quelques semaines le temps de vous trouver un autre job. Vous ne le regretterez pas. Je vous le promets.

Obtenir de l’aide en emploi

13 Commentaires

  1. J’ai démissionné de mon poste récemment alors que je suis entré en poste 3 mois plus tôt.Le président de l’entreprise avait une attitude arrogante à mon égard et il critiquait plusieurs employés et dirigeants. Je suis un professionnel comptable avec une grande expérience et je ne pouvais pas accepter de travailler dans ce climat de travail. Je savais bien entendu que j’en subirais les contrecoups pour mon avenir professionnel mais je ne peux tolérer ces comportements .

    • Merci François pour votre témoignage. Il existe évidemment des situations qui ne sont pas soutenables. Je vous souhaite davantage de chance dans votre prochain mandat.

  2. La vie professionnelle est comme un jeu d’échec. Il faut bouger ses pions petit a petit !
    Donc quand on veut quitter il vaut mieux garder la tête froide et recherche durant les fins de semaine tranquilement au chaud…

  3. Le marcher de l’emploi étant tellement incertain, il faut protéger nos arrières lorsqu’on peut se le permettre et attendre d’avoir trouvé ce qui nous branchera !

    • Merci Émilie pour le commentaire. Au fil d’une carrière, on fait généralement face à différents défis (pertes d’emploi, changement d’emploi volontaire, contrats temporaires). On doit garder son ‘radar’ actif!

  4. Je suis daccord avec les éléments mentionnés. Par contre, je crois qu’être à l’emploi peut représenter un couteau à double tranchant. Ce n’est pas facile, dans certains cas impossible de se libérer à plusieurs reprises pour aller à des entrevues lorsque l’on travaille de jour durant la semaine. Il y a une limite à pouvoir être malade!

    • Merci Marie-Andrée pour le commentaire pertinent. L’entreprise qui recrute devrait être en mesure de comprendre vos contraintes professionnelles. Ils devraient pouvoir combiner les entrevues pour vous déranger le moins souvent possible. S’ils ne sont pas en mesure de vous rencontrer à l’extérieur des heures de bureau (tôt le matin, sur l’heure du lunch ou en début de soirée), vous devriez commencer à douter de leur niveau d’intérêt.

  5. J’occupe un emploi que je n’aime pas depuis 8 mois. Je commence bientôt un contrat pour 14 semaines dans le domaine où je veux me diriger et que j’adore… J’hésite à laisser mon emploi, pour ne pas me retrouver sans rien après mon contrat. Mais… est-ce la bonne solution?

    • Bonjour Julie. Bien que je ne connaisse pas les détails de votre situation personnelle, toute décision de carrière doit être calculée. Chaque nouvelle opportunité apporte son lot de choix et de compromis. Alors que certains doivent faire des compromis sur les conditions de travail (salaire, durée du contrat, etc.), d’autres doivent en faire sur leur accomplissement personnel (sens du travail, compétence) et d’autres doivent sacrifier de leur qualité de vie (horaire, shift de nuit, qualité des relations avec les collègues). Croyez-moi, chaque emploi nous demande de faire des compromis. Il suffit de décider si nous sommes prêts à les faire ou non ;)

  6. Merci pour cet article plein de bon sens, même si certaines situation de démission sont légitimes parfois.

    Néanmoins il faut démissionner et changer lorsqu’on est pas bien, il faut des gens qui circulent d’une entreprise vers l’autre, c’est vital pour tout le monde!

    Cela redonne du punch au personnes qui redémarrent ailleurs et cela fait réfléchir les employeurs sur un sujet de fond: comment cultiver le bien être et la gestion des carrières pour éviter de perdre son capital humains.

    Au final, tout le monde y gagne à s’améliorer et à se repositionner.

    • Bonjour Vince. Merci pour votre commentaire.

      Effectivement, il existe des situations « toxiques » où l’employé n’a d’autre choix que de partir pour conserver son intégrité. Bien qu’il existe des recours à ce sujet (Commission sur les normes du travail, CSST, harcèlement psychologique), parfois la solution la plus facile est de partir et d’aller voir ailleurs.

      Par contre, si vous êtes en mesure d’endurer la situation plus longtemps sans vous faire du mal, vous profiterez des avantages mentionnés dans cet article.

      Dans tous les cas, il faut suivre le gros bon sens ;)

  7. Je ne comprend pas pourquoi vous mentionnez le chommage au point 3. Lorsque tu quittes ton emploi, t’as pas le droit au chommage… il me semble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php
$(document).ready(function() { $(".cv-preview").fancybox(); });