Collaborez au site Created with Sketch.
-->

L’outil de recherche d’emploi qui les dominera TOUS!

Article rédigé par : le 16 octobre 2018.

Le CV, destiné à mourir, est déjà deux fois moins populaire qu’il y a 15 ans. LinkedIn lui a assené un premier coup de massue. Bientôt, un autre outil de recherche d’emploi s’établira comme LA norme. On dit même qu’il vous rendra plus heureux!

Quel outil de recherche d'emploi s'en vient?

Quel outil de recherche d’emploi arrive?

 

Il y a longtemps que la tendance du CV est à la baisse. Voici pour le CV (en bleu) et LinkedIn (en rouge) aux États-Unis, depuis 2004 selon Google Trends :

CV vs. LinkedIn aux États-Unis (Google Trends, 2004 à 2018)

CV vs. LinkedIn aux États-Unis (Google Trends, 2004 à 2018)

 

Et au Canada, c’est la même chose, le CV en baisse de moitié en près de 15 ans :

CV vs. LinkedIn au Canada (Google Trends, 2004 à 2018)

CV vs. LinkedIn au Canada (Google Trends, 2004 à 2018)

 

Pourquoi LinkedIn descend-il lui aussi?

C’est normal pour les grands réseaux et les sites web de redescendre sur terre un jour ou l’autre et de partager le niveau d’attention avec les autres outils et compétiteurs.

Par exemple, Google Trends montre aussi une baisse des tendances Facebook et YouTube malgré que les minutes passées sur ces deux grandes distractions soient toujours plus… distrayantes! YouTube est plus pertinent que jamais au niveau du branding personnel et Facebook, étonnamment, l’est devenu lui aussi.

Les gros joueurs finissent toujours par aller jouer dans la cour de l’autre, sinon les tweets auraient encore 120 caractères et pas 240!

Comme chercheur d’emploi, ça se traduit en un nombre grandissant de plateformes pour se positionner dans une perspective professionnelle.

Il n’y a jamais eu autant d’outils de recherche d’emploi, mais un seul va les dominer tous dans quelques années. Avant de voir lequel, poursuivons notre regard des tendances en cours.

 

Le croisement de 2011

LinkedIn a franchi la tendance du CV depuis 2011, c’est-à-dire là où les deux courbes se croisent :

CV vs. LinkedIn au Canada en 2011 (Google Trends)

CV vs. LinkedIn au Canada en 2011 (Google Trends)

 

Plus populaire, LinkedIn? D’une certaine manière oui, mais contrairement au CV, il ne représente pas seulement la recherche d’emploi. Il se voulait plus que ça, et il a réussi à devenir plus que ça, même si ce n’est pas encore apparent dans l’esprit de tous.

De notre côté, étant donné que plusieurs utilisateurs du réseau social ne sont pas en recherche d’emploi, sachez qu’on ne compare pas des pommes avec des pommes ici.

On fait juste s’amuser un peu à analyser ce qui se passe, et à deviner ce qui va se passera ensuite!

 

Et Indeed dans tout ça?

À l’image d’Instagram, il est à son sommet de popularité actuellement (octobre 2018). Voici les tendances canadiennes, toujours selon Google Trends, où l’on peut voir la courbe d’Indeed (en jaune) :

CV vs. LinkedIn vs, Indeed au Canada (Google Trends, 2004 à 2018)

CV vs. LinkedIn vs, Indeed au Canada (Google Trends, 2004 à 2018)

 

Indeed est certainement à surveiller.

 

Le sujet du jour, parce que ça vous concerne!

Non, je ne veux pas nécessairement parler de l’importance que prend Indeed comme outil, mais j’ai mis la main sur une citation d’un de leurs cadres supérieurs dans Forbes.

Lisez ce qui suit, car c’est un bon indice de ce qui est important et dont on va parler dans 2 minutes :

Pour les recruteurs, faire le tri des talents incompatibles est primordial. Ça veut dire évaluer les compétences dès le début, ce qui nécessiterait de tester à partir d’une plateforme de recherche d’emploi – épargnant ainsi du temps à la fois pour le recruteur et le chercheur d’emploi.

 

– Raj Mukherjee, Vice-président senior, produit, Indeed.com, « The Role Of Artificial Intelligence In The Future Of Job Search », propos rapportés par Karsten Strauss, Forbes

 

À suivre…

 

LinkedIn supérieur en tout point au CV (…ou quasiment)

Il offre la force d’un réseau.

Des pairs peuvent y apposer leurs recommandations.

Il constitue un standard, exportable en PDF. Un standard parce que l’information est toujours à la même place, avec des sections qui ont toujours le même nom, noir sur blanc et sans fla-fla.

Le CV lui? Donnons-lui aussi un point au niveau du format : il permet une plus vaste expression quant au visuel et à la structure.

On peut se servir de LinkedIn pour remplir automatiquement les champs des sites de recrutement. Le CV le fait, mais LinkedIn le fait toujours de la même façon et à partir de votre cellulaire si vous le voulez!

L’information mise en ligne est considérée comme plus fiable que le CV, en tout cas l’impression rendue est plus crédible, car publique. Même si des tromperies s’y produisent toujours, nos contacts, anciens collègues et employeurs verront possiblement ce qu’on a mis, se dit-on, et on se force alors pour indiquer les dates exactes, ainsi que des descriptifs plus réalistes.

Enfin, depuis sa refonte en 2017, la plateforme est infiniment plus facile d’utilisation. Le géant a ainsi incité des millions de nouveaux canadiens à s’y joindre. Même s’ils ne participent pas encore, LinkedIn a une tonne de voyeurs à sa disposition pour leur exposer de la publicité.

 

On ne se l’explique pas!

Bref, on comprend mal pourquoi le CV est toujours d’actualité dans le monde de l’emploi :

C’est vrai qu’il est très limité. C’est difficile à transmettre, ça se périme, ce n’est pas forcément à jour, ce n’est pas actif, ce n’est pas relié à d’autres personnes, il n’y a pas de recommandations donc, LinkedIn ou autres sont des outils beaucoup plus puissants. Mais le CV reste essentiel.

 

– Matthieu Wagnier, Directeur des ressources humaines, Nexity, « La mort du CV », Les Sommets du Digital (2018), YouTube

 

On s’attendait à une baisse encore plus marquée du CV, tel qu’annoncé par de nombreux spécialistes il y a plus de cinq ans :

Le CV « classique » comme on le connaît aujourd’hui, dans sa version papier ou électronique, en format Word ou PDF, est clairement sur le déclin et pourrait bien disparaître prochainement (…)

 

– Jean-Christopje Anna, « Pourquoi le CV est déjà mort », #rmsnews (2011)

 

…Sans parler de la mort imminente de la lettre de présentation, encore en vie elle aussi.

 

Le réflexe de vouloir signaler…persiste!

La lettre et le CV demeurent les outils choisis par les chercheurs d’emploi pour signaler une disponibilité de façon confidentielle, plus active que passive. Ou du moins, c’est la perception qu’ils en ont.

Postuler à des offres d’emploi est encore ce qui leur donne l’impression d’être productifs.

L’objectif de LinkedIn est, lui aussi, de vous rendre actif en prenant part aux conversations et en envoyant des InMails à la tonne, le concept n’est pas encore assimilé chez les chercheurs d’emploi, qui préfèreraient une solution passive, la terre promise.

Oui, de la même façon qu’on promet des « revenus passifs », alors que tout le monde en entrepreneuriat s’entend pour dire que ça n’existe pas les revenus complètement passifs!

La recherche d’emploi sur LinkedIn, c’est la même chose. Mais trouver un emploi sans effort, ça fait rêver, non? ;)

 

L’avenir de l’emploi et de l’éducation : une norme universelle

Vous souvenez-vous de ce que disait le cadre senior chez Indeed.com?

Je vous le remets ici, car c’est majeur :

Pour les recruteurs, faire le tri des talents incompatibles est primordial. Ça veut dire évaluer les compétences dès le début, ce qui nécessiterait de tester sur une plateforme de recherche d’emploi – épargnant ainsi du temps à la fois pour le recruteur et le chercheur d’emploi.

 

Raj Mukherjee, Vice-président senior, produit, Indeed.com, « The Role Of Artificial Intelligence In The Future Of Job Search », propos rapportés par Karsten Strauss, Forbes

 

Imaginez un test TOEIC qui ne mesurerait pas seulement l’anglais, mais qui mesurerait aussi toutes les langues et toutes les compétences.

Imaginez un standard reconnu par tout le monde à l’échelle planétaire.

Imaginez un sceau de qualité international qui vous serait accordé, tel un scout et sa médaille d’honneur.

Des tests de personnalité, comme ceux que vous passez avant ou après l’embauche, imaginez-en un seul qui les dominerait tous.

Imaginez un test qui validerait à la fois le savoir, le savoir-faire, le savoir-être et qui jaugerait chacune des sphères avec une fiabilité éprouvée, hautement supérieure à la moyenne des tests d’aptitude et des institutions d’enseignement.

Ou qui sait, peut-être, un site qui répertorie une multitude de tests spécialisés?

C’est l’un des combats silencieux en R&D qui s’opère, en ce moment même dans la recherche d’emploi et le monde des start-ups.

Les grands joueurs, en plus de leurs combats respectifs du moment, ont assurément un œil sur ce qui se passe en matière de qualification réelle des compétences ou en langage plus scientifique, de tests d’habiletés cognitives, motrices ou opératoires :

L’élément-clé à propos des tests d’habiletés cognitives, c’est qu’ils fournissent à l’employeur une compréhension profonde des forces du candidat dont les autres méthodes de sélection – telles que les entrevues et les références professionnelles – n’arrivent tout simplement pas à la cheville. (…)

 

 Les recherches démontrent que les candidats avec des résultats plus élevés aux tests sont plus productifs et requièrent moins de formation que ceux ayant eu de moins bons résultats, cela se soldant en des gains financiers plus importants. (traduction maison)

 

– Wikijob, Cognitive Ability Test

 

On ne sait pas encore…QUI!

Le CV et LinkedIn sont des outils à employer en priorité, mais bientôt, ils ne seront pas seuls dans votre positionnement professionnel.

Une nouvelle norme fera son apparition selon les experts :

Ça reste une norme (le CV). Il va y avoir une autre norme qui va arriver certainement. Elle sera digitale. Elle sera plus variée. Elle mettra de l’avant d’autre chose. (…) On est dans une période intermédiaire, car il y a beaucoup d’outils qui apparaissent, mais il n’y a pas de norme.

 

– Philippe Cattelat, Directeur du pôle Expert INSEEC, « La mort du CV », Les Sommets du Digital (2018)

 

Ni le CV, ni LinkedIn n’ont quelque chose à offrir pouvant égaler la démonstration des compétences effectuée par un test d’habiletés.

Une évaluation objective de vous, ne serait-ce pas plus simple pour tout le monde? Et ce, plutôt que de vous laisser inscrire des compétences dans la section à cet effet? De vous faire interviewer par un jeune recruteur qui n’y connaît rien?

Dans le futur, vous serez testé à l’avance, et appareillé avec justesse à une entreprise qui a besoin de vous.

Ça a peut-être même déjà commencé pour vous par l’entremise des systèmes de recrutement où des évaluations préembauches nouvelle génération peuvent désormais être intégrées.

Qu’est-ce que ça veut dire? Vous ne vous déplacerez plus pour rien en entrevue, d’autant plus que vous aurez de meilleures informations des salaires offerts, grâce au web et le combat qu’Indeed notamment mène notamment à cet effet.

Il y a longtemps que tous les sites d’emploi veulent effectuer des matchs entre vous et l’employeur. Un jour, une compagnie y arrivera vraiment, avec grande précision :

Éventuellement, il y aura une compagnie qui enseignera au monde entier (…), qui réalisera des évaluations de compétences à grande échelle (…) »

 

Tigran Sloyan, Vice-président senior, produit, CodeFights, « The Role Of Artificial Intelligence In The Future Of Job Search », propos rapportés par Karsten Strauss, Forbes

 

Une telle entreprise d’éducation démontrerait ce que vous et moi pourrions faire, reléguant le témoignage (ex. la recommandation sur LinkedIn) à sa vraie fonction : une simple preuve sociale.

 

Le monde de l’éducation changé à jamais

Le président de CodeFights vient de vous révéler quelque chose d’important à propos du monde de l’éducation : une seule va dominer toutes les autres.

Encore une fois, c’est quelque chose que Lynda.com, propriété de LinkedIn, suit assurément de près!

Source : Wikipedia

Source : Wikipedia

 

Exemples d’entreprises spécialisées en évaluation préembauche

Pour avoir une idée de ce dont il est question aujourd’hui, j’ai trouvé les listes de Workable, G2 Crowd  et Hundred5 qui me permet de vous donner plusieurs exemples d’entreprises qui réalisent des évaluations préembauches et des tests cognitifs notamment.

Ce n’est pas exhaustif, car il serait impossible d’en faire la liste complète surtout si on considère tous les tests de personnalité qui existent sur le marché.

  • Athena Assessment (jugement)
  • Berke (personnalité, intelligence et comportement au travail)
  • Classmarker (aptitudes en affaires/scolaires)
  • CodeFights (aptitudes techniques/en programmation)
  • Codility (aptitudes techniques/en programmation)
  • eSkill (aptitudes opératoires)
  • HackerRank (aptitudes techniques/en programmation)
  • Harver (personnalité, mises en situation, langues et aptitudes cognitives/opératoires)
  • HireSelect® par Criteria Corp (personnalité et aptitudes techniques/opératoires)
  • HR Avatar (aptitudes cognitives/techniques et mises en situation réelles)
  • Hundred5 (aptitudes opératoires)
  • Interview Mocha (aptitudes opératoires/techniques/en programmation)
  • Mettl (psychométrie et aptitudes techniques/en programmation/en finance)
  • Saberr (adéquation avec la culture de l’entreprise)
  • Sales Assessment par Objective Management Group (aptitudes en vente)
  • Skillsarena (psychométrie, intelligence, aptitudes techniques/bureautiques/en commerce de détail/ en logistique/en finance/en communication/en numératie)
  • Plum (psychométrie et adéquation avec la culture d’entreprise)
  • PyMetrics (psychométrie et neuroscience)
  • QuodeIT (aptitudes techniques/en programmation)
  • TestDome (aptitudes techniques/en programmation/en numératie/en argumentation verbale)
  • The Predictive Index (comportement au travail/motivation, aptitudes en gestion/en communication)
  • Wonscore par Wonderlic (motivation, personnalité et aptitudes cognitives)
L'outil d'évaluation pré-embauche Harver

L’outil d’évaluation préembauche Harver

 

Pour vous, ça signifie plus de tests à venir. Avec la quantité sur le marché, vous comprenez pourquoi il m’est impossible de vous y préparer.

Nous attendons LA norme.

Voyons quelle solution ressortira comme la plus complète ces prochaines années.

Bientôt, vous entendrez parler des grandes finalistes, celles qui auront dominé et que les Indeed, Monster, LinkedIn et Glassdoor de ce monde voudront s’arracher.

 

Un sceau d’approbation

 

Le CV dans tout ça? Peut-être que l’apposition d’un sceau numérique universel sera possible là aussi, ne permettant pas encore à LinkedIn de l’achever.

À date, ce que LinkedIn a pu faire de mieux, c’est la validation de compétences par les pairs. Le problème, c’est que ce sont parfois des gens qu’on ne connaît pas du tout, ou à peine.

Cela mine la crédibilité de l’outil.

Néanmoins, LinkedIn a réellement su faire mieux que le CV avec les recommandations publiques.

Vous pouvez être sûr que l’entreprise surveille de près ce qui se passe avec les tests en ligne et tests de personnalité.

Ils seront les vrais game changers des 15 prochaines années.

 

L’IA, toujours l’IA!

 

Ces tests, c’est ce dont je voulais vous parler aujourd’hui.

Je n’ai même pas utilisé le jargon « intelligence artificielle », « machine learning » et « big data » parce que je ne voulais pas vous mélanger avec plein de termes techniques.

Mais si vous vous posez la question, oui, ces disciplines constituent les fondements non seulement de ce qui bouleversera le monde de l’éducation, mais qui aussi rendra votre recherche d’emploi beaucoup plus facile et agréable dans l’avenir.

Nous n’avons vu qu’un des impacts : un meilleur match entre vous et l’entreprise.

Informations plus fiables sur le salaire, des mises en situation par la réalité virtuelle, rencontres en personne plus stimulantes et pertinentes

L’IA et le big data, c’est en gain de temps qu’ils changeront votre vie, sans que vous vous en rendiez vraiment compte.

Vous verrez une offre d’emploi parfaite pour vous et y postulerez, sans savoir qu’une grosse machine a travaillé fort pour que vous la voyiez.

 

10 Commentaires

  1. Votre article est très instructif. Avec cette nouvelle tendance, qu’arrivera-t-il à ceux qui sont « plus métiers », qui ne sont pas du tout « technophiles ». Pourtant cette main-d’œuvre est manquante et la relève est inexistante,

    • Bonjour Michele, merci pour votre question et les bons mots sur l’article!

      Honnêtement je l’ignore. C’est là toute la beauté de parler de l’avenir! On s’en reparle donc dans quelques années d’ici…

  2. Salut Matthieu,
    Je sais que tu décris des faits de société. C’est lucide.

    J’espères en même temps que tu ne confonds pas les faits et les valeurs. Ce qui consiste à faire l’apologie de l’inévitable, comme nos grand-mères qui disent « qu’on arrête pas le progrès »… C’est généralement ce qu’on fait aujourd’hui avec l’IA, le Big Data et sa famille.

    Tu me fais un peu peur un peu… Ma job de recruteur, je la savais déjà condamnée. Mais cette approche « dataïste » que tu décris va achever de faire de nous de beaux petits transhumains soumis qui se croient libres.

    Continue à Vivre pendants qu’il existe encore un peu d’organique et d’imprévue dans nos vies. Continue à apprendre à connaître les humains en les observant dans l’épreuve et les petits gestes de la vie de tous les jours. Continue à vivre l’incertitude face à ton jugement, face à l’autre. À te garder une petite gène quand tu juge avoir tout figuré sur une personne. Continue à baiser pour une première fois comme si c’était la première fois, à te tromper, à te relever, à aller voir ailleurs si tu y es. À chercher à te connaître toi-même et connaître les mystères de la vie avant de recevoir ceux de la mort par surprise un beau matin… Ho shit! J’ai dis mystère de la vie mais ça n’existe plus. Hérétique va!

    Un jour, on va te plugger ta femme de rêve, ta job de rêve, ton idéologie confortable. Tu seras un produit fini, tagué, pricé, algorythmé livrable le lendemain à condition de commander « right now ». Tout prêt à faire seulement ce qu’il est capable de faire, exactement ce qu’on attend de lui, exactement ce que l’Oracle Big Data avait prédit.

    Un jour tu n’auras plus besoin des épreuves de la vie, tu pourras jouir tranquille dans une béate absence de risque et de paradoxe en ayant la sensation d’être au sommet de l’évolution universelle.

    Seule une poignée d’humains augmentés suffiront à faire fonctionner la matrice. Les autres seront du bétail tout juste bon à consommer. On les nourrira d’excitation cheap, juste assez de dopamine pour les garder juste assez éveillés pour consommer.

    Faciliter la vie. Quitte à la vider de tout ce qu’elle a de juicy et de potentiellement élevé. On dirait presque un programme politique.

    Amicalement.
    Youri

    • Bien écrit Youri, j’aime ta plume.

      Moi aussi j’ai peur. C’est avec cette émotion-là que j’ai tapé du clavier cette semaine pour sortir cet article! Tout a commencé en allant sur Google Trends et en y inscrivant « CV », j’aurais pas dû! ;)

      Mais tant qu’à avoir peur, aussi bien faire peur à tout le monde hahaha (joke, ce n’était pas mon intention ici)!

  3. J’ai quand-même beaucoup aimé ton article :)

  4. Très intéressant, j’y ajouter questions réflexions…
    Si le CV n’a pas disparu, c’est que l’humain n’aime pas changer et que les recruteurs sont encore en majorité des humaines de plus de 40 ans. J’ai encore à expliquer à des clients pourquoi l’absence de lettre de motivation n’est pas nécessairement une mauvaise chose (quoi, il est pas assez motivé pour écrire une lettre?) alors le CV, il en a encore pour quelques années :)
    Pour la sélection et l’identification des compétences, je doute encore : après avoir vu comment les gens se fient parfois aveuglement à ces machines qui sont programmées par des gens pleins de préjugés inconscients… comme l’IA d’Amazon complètement sexiste dans sa sélection, et comment les entreprises veulent trop un candidat répondant de façon exacte à leurs critères, je plaide pour un peu plus d’ouverture et de « serendipity ». Je doute également que l’IA ou des tests puissent déterminer facilement le « fit » employé-entreprises qui est peu ou pas facile à identifier dans la plupart des tests.

    • Merci!

      Tu as raison Cybele. Aveuglement total. Par exemple, comme recruteur, si tu donnes un rapport à un gestionnaire qui a été produit automatiquement suite à un test de personnalité auprès d’un candidat, tu t’assures qu’il n’écoute plus tes recommandations. Il rétorquera « Pourtant le rapport dit que… »

      On oublie parfois que les machines sont des configurations provenant d’humains.

  5. Merci pour cet article très bien documenté. Bien que j’ai promu et enseigné LinkedIn, j’ai lu et constaté que près de 50% des profils sont incomplets et ils ne sont pas à jour.
    C’est pourquoi le CV ne meurt pas.
    Maintenant pour L’IA… Il y a fort à faire pour que l’ensemble de la population ait un profil de personnalité complet et complété en ligne. Il faudra certainement une intervention de l’état pour y arriver.
    Je suis avec beaucoup d’intérêt les politiques de la France qui a fait un partenariat avec une firme de matching affinitaire à partir d’un test de personnalité. Cette firme est Monkey-Tie.com Drôle de nom pour une firme Française!
    Le matching se fait entre un type de personnalité souhaité par une entreprise et une banque de gens qui ont complété le questionnaire (test).
    C’est un début!

    • Bonjour René, merci pour l’ajout!

      Je ne connaissais pas Monkey Tie. J’ai été les voir sur LinkedIn et ils commencent à être assez gros! Des « contenders » à suivre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This