Les références d’emploi: 3 pièges à éviter

Article rédigé par : le 16 décembre 2014.

Le recruteur qui désire vous embaucher veut effectuer quelques vérifications préalables. Il vous demande de lui donner des références d’emploi. Dans le contexte d’une embauche, il est tout à fait légitime pour lui de vouloir prendre des précautions. Mais vous, avez-vous pris vos propres précautions?

phone

 

2 définitions pour bien comprendre cet article:

1) Recommandataire: personne qui se retrouve sur votre liste de références.

2) Référence: l’action – par le recommandataire – de fournir des commentaires sur votre performance en emploi.

 

Trop souvent, j’entends parler de candidats dont le parcours de recrutement s’est arrêté à l’étape des références. Ce qui semblait n’être qu’une formalité devient leur arrêt de mort. Voici 3 pièges à éviter lors de l’étape des références d’emploi.

 

Piège #1: Assumer que votre recommandataire pourra parler de vous

Au Québec, plusieurs organisations ont comme mot d’ordre de ne pas donner de références d’emploi. Il s’agit en fait d’un mécanisme de défense contre d’éventuelles poursuites. Il existe plusieurs cas de jurisprudence qui démontrent que l’ex-employé détient certains recours judiciaires s’il obtient des références trop subjectives de son ex-employeur. Même si votre recommandataire aurait de bien belles choses à dire à votre sujet, il est probable qu’il ne puisse rien dire en raison d’une politique de son organisation. À vérifier!

 

Piège #2: Assumer que votre recommandataire voudra parler de vous en bien

Le pire des pièges est de présumer. Ne présumez pas que votre recommandataire sera 100% derrière vous, surtout s’il s’agit d’un ancien superviseur. Ils ont eu, à un moment ou à un autre, à évaluer votre performance et à identifier vos faiblesses. Les recruteurs les plus zélés aborderont ces sujets et les réponses que votre ancien superviseur fourniront pourraient vous surprendre!

Mon conseil: Assurez-vous que vos recommandataires donneront d’excellentes références sur vous. Contactez-les et vérifiez qu’ils sont contents de vous donner une référence et surtout validez qu’ils n’ont absolument rien de négatif à dire sur vous.

 

Piège #3: Vous ne fournissez aucun recommandataire ayant été votre superviseur

Même si le recruteur ne le mentionne pas, il s’attend au minimum que l’un de vos recommandataires soit un superviseur. Autrement, il pensera que vous cachez quelque chose. Il aura des doutes sur votre réputation en tant que subordonné. Si vos recommandataires sont uniquement des pairs, des homologues ou des amis, sachez que vous prenez un risque.

La prise de références est généralement la toute dernière étape du processus d’embauche. Ne bousillez pas tout le travail déjà accompli! Choisissez et validez vos références avec soin.

Obtenir de l’aide en emploi

23 Commentaires

  1. Votre article est très intéressant et utile. Toutefois, un tout petit mot m’a surprise : assumer.
    Assumer dans le contexte de votre article est un anglicisme sémantique: http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2627
    Je me permets de vous le mentionner parce que j’ai moi-même commis cette erreur à quelques reprises jusqu’à ce qu’on me le fasse remarquer. J’étais très contente qu’on ait « présumé » que je puisse tirer profit de cette information. Je fais de même avec vous.
    Je lis toujours vos articles avec intérêt.
    Bonne journée.

    • Bonjour Michelle,

      Votre réponse est plus que pertinente, puisqu’il est bien vrai que certains termes de français sont employés de telle manière qu’ils en modifient le sens commun. Ceci étant dit, j’ai remarqué que vous êtes traductrice et réviseure. Êtes-vous à votre compte où travaillez-vous pour une organisation/compagnie/maison d’édition? Ça m’intéresse d’en savoir plus à ce sujet, puisque je m’intéresse beaucoup aux domaines de la traduction et de l’édition.

  2. Wow! Je suis très emballée par tout ce que je lis sur votre site, plusieurs aspects sont nouveaux et d’une logique incontestable.

    Pour ce qui est des références d’emploi, jusqu’à maintenant, j’ai toujours uniquement fourni mon CV ainsi qu’une lettre de motivation. Si je comprends bien, il me faudrait prévoir un document avec les personnes références à rejoindre? Mes anciens employeurs ne m’ont jamais demandé les personnes à contacter, ils avaient tout simplement appelé aux différents endroits inscrits sur mon CV.

    Comme ce n’est certainement pas les employés du service des ressources humaines (qui me connaissent très peu) qui sont les mieux placés pour parler de moi, est-ce que je ferais mieux de fournir une liste de références à part? À quel moment est-il préférable de donner les références?

    Merci et au plaisir!

    • Bonjour Audrée,

      En fin de processus, une fois les entrevues terminées, le recruteur devra vous remettre un formulaire dans lequel vous allez inscrire les recommandataires (ceux et celles qui vont fournir des références à votre sujet). Au Québec, un employeur n’a pas le droit de contacter vos anciens employeurs sans votre consentement écrit. Ceux qui l’ont fait n’ont pas respecté la Loi sur l’accès à l’information.

      Pour répondre à votre dernière question, il est préférable de fournir votre liste de références à la toute fin du processus. Si vous les présentez trop tôt, cela peut paraître louche, comme une tentative de poudre aux yeux au recruteur.

      MT

  3. Que faire lorsque nous n’avons pas vraiment de références? Je ne veux pas donner en référence mon superviseur actuel (pour des raisons évidentes), et le supérieur de mon précédent travail (qui date d’il y a plus de 5 ans), a pris sa retraite… Vers qui puis-je me tourner?

    • Bonjour Marie,

      Le fait que votre ancien supérieur soit à la retraite ne devrait pas le freiner de pouvoir vous référer. À moins que vous ayez perdu ses coordonnées.

      Si vous avez occupé d’autres postes avant ceux-ci, je vous recommande d’y retrouver vos superviseurs.

      Si vous êtes dans l’incapacité de trouver un superviseur qui peut vous référer, alors allez-y pour des ex-collègues.

      Maxime

  4. Bonjour,
    Je sors tout juste d’un arrêt maladie qui a duré 9 mois. J’ai travaillé pendant 2 ans et trois mois avant cet arrêt. J’ai toujours très bien travaillé et pluss. Pas de conflit avec collègues et patrons. Maintenant après avoir remis ma démission je recherche nouveau boulot mais je me bute à des employeurs qui me demandent références de mon dernier superviseur qui lui me dit qu’il ne peut pas cacher le fait que j’ai été en arrêt de travail…j’ai perdu déjà un emploi que je croyais dans la poche probablement à cause de lui..Je suis pourtant un bon atout pour un employeur..Que me conseiller vous SVP.. Car je crois ne plus jamais retrouver de boulot…Je ne peux laisser un trou de 3 ans dans mon CV…Merci beaucoup

    • Bonjour Josée, désolé pour le délai dans ma réponse!

      J’ai mentionné dans ce billet qu’il est important de s’assurer que le recommandataire veuille bien donner des commentaires positifs à votre sujet. Je constate que ce n’est pas toujours évident!

      Avez-vous eu d’autres superviseurs dans le cadre de cet emploi ou d’autres gestionnaires/directeurs dans cette compagnie que vous pourriez donner en référence?

      Autrement, une discussion franche et transparente avec votre ancien superviseur serait de mise.

  5. Bonjour,

    Je suis présentement a l emploi dans une compagnie de transport.
    J ai eu un accident de travail dans cette même compagnie en 2013 depuis un an maintenant j ai poursui cette compagnieet la csst car ils ne veulent pas reconnaître que l accident de 2013 est ma blessure son le même problème .
    J ai fait parvenir mon cv a une autre compagnie j ai passe le premier examen et maintenant je vais passer une entrevue ou je dois fournir mes références.
    Vu que je suis en litige avec cette compagnie, dois je fournir leur nom comme référence ?
    Que me conseillez vous ? Merci

    • Bonjour Hayatte, merci pour votre commentaire!
      Effectivement, votre situation semble particulière.

      Si vous connaissez un superviseur/gestionnaire dans la compagnie qui peut vous garantir une référence de qualité, je choisirais cette personne.

      Maintenant, vous et votre employeur ne semblez pas être dans une relation très positive en ce moment. J’éviterais de nommer comme référence toute personne impliquée dans ce conflit.

  6. Est-ce qu’un employeur peut contacter les employeurs mentionnés sur le cv d’un candidat potentiel avant de le convoquer pour une première entrevue?

    • Bonjour Pascal, merci pour votre question. À moins que vous lui ayez octroyé ce privilège (oralement, par courriel ou en écrivant vos références directement dans votre CV), l’employeur ne peut pas les contacter.

      Malheureusement, tous les employeurs ne connaissent pas leurs devoirs à ce sujet et transgressent la loi.

  7. Comment devrait-on s’y prendre pour vérifier les références que l’ancien employeur donne à notre sujet ?Et dans les cas où il y a eu une entente de confidentialité de départ, à quoi peut-on s’attendre au minimum ou es-il mieux de ne pas donner cet employeur en référence? Merci

    • Bonjour Julie, comme il est impossible de garantir à 100% ce que l’ex-employeur va dire à votre sujet, vous êtes mieux de vous abstenir de donner son nom si vous avez des doutes à son sujet.

      Si vous n’avez pas le choix, un appel de courtoisie à votre ex-employeur est de mise. Vous pourriez tenter de valider si celui-ci peut vous garantir qu’il donnera un feedback entièrement positif.

  8. Bonjour Maxime,

    Est-ce qu’un employeur peut contacter des personnes/anciens employeurs qui ne sont pas listés comme références?

    Merci d’avance pour votre réponse

    Vanessa

    • Bonjour Vanessa,

      Si vous êtes une candidate officielle (vous avez déposé votre candidature et vous êtes considérée pour un poste), l’employeur ne peut pas contacter vos ex-employeurs pour prendre des références informelles sans votre consentement. Autrement, il pourrait vous mettre dans une position inconfortable avec votre employeur actuel si vous n’obtenez pas l’emploi… Cela irait aussi à l’encontre de la loi.

      Il doit vous demander à l’écrit le nom des références que vous désirez offrir.

      Maintenant, certains employeurs se pensent au-dessus de la loi et font ce genre de vérifications sans consentement. Ils s’exposent à des pénalités sévères.

  9. Bonjour,

    Je suis en fin de processus et l’employeur a de la difficulté à rejoindre mes anciens superviseurs. Vu que j’ai travaillé pour des agences et des compagnies, souvent elles sont parties ou tout simplement, ils ne retournent pas les appels et donc, je perds la possibilité d’emploi. J’ai passé avec très bonne mention tous les tests et l’entrevue. Ça adonne que c’est une compagnie d’avocats, donc, je dois être 100% honnête avec eux, en plus, j’ai travaillé pour la GRC et Revenu Québec…Des fois, je trouve qu’ils ne font pas les bonnes références aux bons postes. Je ne serai pas cadre à cet endroit-là. Est-ce que je peux poursuivre pour manque de références car je suis actuellement sur l’aide social. Il me reste encore 15 ans à travailler, je ne peux pas rester à rien faire pour résoudre le problème….

    • Bonjour Linda,

      Merci d’avoir partagé votre situation personnelle. À défaut de pouvoir trouver le nom de vos superviseurs, vous pouvez peut-être trouver le nom de collègues avec lesquels vous avez travaillé durant ces emplois à l’étranger?

      Je vous invite à continuer à fouiller dans vos contacts et anciens collègues pour trouver des noms. Avec Facebook et LinkedIn, il est fort probable que vous pourrez entrer en contact avec eux.

      Bonne chance!

  10. Bonjour, revenant de l’étranger mes postes en France datent d’il y a 3ans et plus, ayant passé avec succès mon entretien avec un cabinet de recrutement, on m’a demandé mes références sur 2 entreprises précises (en France) pour lesquelles j’ai travaillé hors il s’avère que mon PDG est parti à la retraite et je n’ai pas réussi à le retrouver et pour l’autre entreprise ma N+1 n’est plus en poste et son ancien numéro de téléphone n’est plus bon. J’ai de ce pas informé le cabinet de recrutement de la difficulté rencontré et fourni les numéros de contact des différents sièges sans avoir la garantie qu’ils puissent obtenir des renseignements sur moi. Cela va-t-il compromettre la suite?
    Comment puis-je me préparer à cette question pour d’autres futurs entretiens?

    • Bonjour Monik,

      Merci d’avoir partagé votre situation personnelle.

      À défaut de pouvoir trouver le nom de vos superviseurs, vous pouvez peut-être trouver le nom de collègues avec lesquels vous avez travaillé durant ces emplois à l’étranger? Avez-vous gardé contact avec certains d’entre eux?

      Il est important de pouvoir donner un minimum de références. En fournir moins que 2 serait risqué, selon moi.

      Bonne chance!

  11. Bonjour,
    Est ce que le fait de ne pas pouvoir fournir des références car on est étudiant et que l’on a travaillé il y a plusieurs années, que les employeurs sont à la retraite ou qu’ils ne soient pas intéressés à répondre, puisse nuire à notre embauche dans une grande institution? Je comprend que l’on doit trouver d’anciens collègues, mais si ce n’est pas le cas, les directions RH ne prennent aucun risque ? si le candidat n’a pas de dossier criminel ou qu’il semble très honnête. Deux références de professeurs peuvent peut-être compenser? Qu’en penser vous?

  12. Bonjour, ma fille de 16 ans qui occupe un emploi pour une grande chaîne a été congédiée parce qu’elle s’est fait prendre à voler après presque un an à leur emploi. Elle était très appréciée et l’employeur ne portera pas plainte à la police pour cette raison, mais ils l’ont avisée qu’elle ne pourra pas les utiliser pour référence.

    Il s’agit de son premier emploi. Un professeur à qui elle s’est confiée lui a suggéré de ne pas mettre cet employeur dans son c.v. et recommencer en neuf… qu’en pensez-vous?
    Si non, que lui conseillez-vous ?

    Une réponse serait d’un grand réconfort!

  13. Que faire si une des references c’est mon ancien employeur qui est mon père? J’ai été embauché, mais maintenant je vais devoir signer des papiers et j’ai peur de me faire virer si on découvre que mon ancien employeur c’est mon père! En fait je me demande c’est quoi les réels conséquences? Pcq j’ai dit la vérité dans mon CV. Absolument tout est vrai. Mais j’ai pas dit que cet ancien employeur est mon père et je crois que la famille est fausse references… Ça m’angoisse. Répondez vite merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php
$(document).ready(function() { $(".cv-preview").fancybox(); });