Collaborez au site Created with Sketch.


12 réponses inspirantes pour vos défauts en entrevue

Article rédigé par : le 20 février 2018.

Dans cet article, vous trouverez des exemples de réponses pour la fameuse question à l’entretien d’embauche « Quelles sont vos pires faiblesses? ».

 

*MISE À JOUR 2018 – Cet article contient l’ensemble de notre e-book sur les défauts en entrevue (paru en février 2016 et révisé en février 2018).

Vous pouvez télécharger gratuitement le livre numérique en PDF à la fin de l’article.

Une version pour iPad, iPhone et Mac est disponible ici.

 

QUELS SONT VOS POINTS À AMÉLIORER?

Les gestionnaires et recruteurs demanderont « Quels sont vos points à améliorer? », ça sonne plus positif que de parler de défauts.

Ou encore, « Donnez-nous une raison pour laquelle ne pas vous embaucher. », ça sonne plus sadomasochiste!

Même si tout comme vous, je ne crois pas vraiment aux bienfaits de la question des défauts en entrevue, je peux vous aider à vous en tirer avec brio à tout coup!

Certains gestionnaires d’embauche la poseront pour évaluer votre connaissance de vous-même.

D’autres, pour remplir un blanc.

Donnons-leur de quoi se sucrer le bec!

 

UN ARTICLE PLEIN DE SAGESSE!

37 à 32 moines bouddhistes (5 décès durant le processus) se sont penchés là-dessus ce dernier demi-siècle.

Je me suis abreuvé de leur enseignement dans les montagnes du Tibet.

Leur conclusion?

Cette question ne fait aucun sens! Mais si elle est posée, aussi bien s’y préparer.

 

De sages paroles…

 

3 CATÉGORIES DE QUESTIONS

 

 

  1. La question qui met en valeur : Avec des questions bien choisies, le recruteur vous laisse prendre vos aises
  2. La question piège : Mode « déstabilisation » du recruteur. But non-avoué : l’élimination de candidats!
  3. La question d’usage : Les disponibilités, le salaire, l’anglais ou l’évaluation technique

 

La question des défauts est une question piège!

Heureusement, des recruteurs mènent le combat dans la communauté RH pour leur élimination :

On n’évalue pas des candidats en leur posant des colles, cela ne fait que favoriser ceux qui savent s’en sortir (bons candidats) au détriment des gens qualifiés (bons employés)…

 

– Guillaume Desnoyers, CRHA, Encore des listes de questions pièges

 

N.B. À défaut de pouvoir éliminer la question à jamais, nous vous préparerons aujourd’hui en « bon candidat ».  Évitez la surpréparation. Laissez de la place à votre spontanéité et à votre imagination!

 

À PROPOS DE LA SPONTANÉITÉ

Préparez-vous quand même un peu! :)

Vous ne pourrez pas vous fier qu’à vos beaux yeux.

Certaines réponses devront être préparées d’avance, comme celles en vue de la question des défauts.

Ou du moins, les exemples que vous utiliserez devront être choisis à l’avance.

 

PRÉPAREZ-VOUS, MAIS FUYEZ MME ROBOTE!

N’apprenez pas les réponses de cet article par cœur. Choisissez VOS exemples, contez VOS histoires.

La question des défauts est difficile, vous voudrez leur montrer que vous cherchez une réponse digne de ce nom.

Des silences bien placés vous aideront. Un recueillement temporaire vers une réponse sentie, réfléchie.

Vous pouvez rester authentique, audacieux, philosophique, drôle, touchant, concret, vulnérable, bien là, au moment présent.

Et c’est ici qu’on intervient. Parce que le moment présent, il fait peur en cr…

 

VOS 4 STRATÉGIES POUR UNE QUESTION PIÈGE

Avant de passer aux exemples de défauts en entretien d’embauche, il est primordial de vous attarder à la tactique globale pour passer au travers comme un chef :

 

 

  1. Transformez-la en une question qui vous mette en valeur : À l’aide d’une réponse liée au thème de l’engagement, de la passion ou de l’esprit d’équipe.
  2. Tentez de passer à la prochaine question le plus tôt possible : Exposition courte aux questions-pièges et une exposition longue aux questions qui vous mettent en valeur.
  3. Utilisez le profil à découvert : S’ouvrir au recruteur, livrer son âme à froid, faire des points sur sa profondeur humaine!
  4. Donnez des exemples de repentance et d’amélioration : Laisser percevoir l’apprentissage, le vécu et la connaissance de soi au travers des moins bons coups.

 

#1 – L’IMPATIENCE

L’impatience est la nouvelle réponse à la mode pour la question des défauts.

Elle a remplacé le fameux « perfectionnisme » avec le temps : je m’excuse à tous ceux desquels j’ai dévoilé le truc!

C’est effectivement l’une des réponses les plus faciles à exécuter que nous aurons l’occasion de voir aujourd’hui.

Toutefois, si vous prenez la parole pour un emploi en service à la clientèle (exemple : hôte/hôtesse de l’air), il y a d’autres réponses pour vous dans cet article!

 

Comment amener l’impatience? Avec engagement (+humour)!

Impatient pour le bien de tous.

Les candidats chevronnés utilisent cette réponse pour faire refléter leur passion envers l’aboutissement des projets en équipe.

Vous êtes une personne stimulante et non irritante pour les autres.

Avec l’effet de levier « exagération », vous pouvez créer une atmosphère propice aux rires collectifs!

Je suis quelqu’un qui permet aux autres de s’accomplir en leur offrant des occasions de surpasser les délais de livraison, de satisfaire le client et de viser l’excellence!

 

Clin d’œil, clin d’œil!

Vous les avez fait rire! ;)

Mais si vous voulez optez avec une réponse plus sérieuse, j’ai quelque chose d’autre pour vous…

 

Quand je veux quelque chose, je fais ressentir de l’empressement à mes collègues. Par exemple, il y a cette fois…

(Exemple d’impatience)

Depuis cet épisode, je me suis engagé à devenir plus zen et à composer avec les processus d’approbation, aussi longs soient-ils. En réalité, je sais qu’ils me protègent des faux-pas. En équipe, je me rappelle de prendre du recul ou d’en parler quand je vis des frustrations liées à la rapidité d’exécution des projets.

(Exemple de patience – amélioration)

 

#2 – LA CURIOSITÉ

Si vilaine que ça, la curiosité?

La curiosité est un vilain défaut, c’est connu!

Malgré cela, ses attraits sont largement répandus et convoités. Ce qui fait qu’en définitive, elle est perçue d’un bon œil.

Les employeurs veulent des personnes curieuses, tant qu’elles ne dépassent pas les limites.

 

Comment amener la curiosité? Avec intensité et déviation!

Curieux = un défaut. Passons à un autre sujet!

D’abord, légitimisez le défaut, c’est-à-dire rendez-le suffisamment grave pour qu’il soit pris au sérieux (avec un exemple pertinent).

Par exemple, cette fois où vous vous êtes introduit dans un lieu/groupe/projet sans y être invité! Pire encore, cette fois où vous n’avez pas lâché le morceau et qu’on vous a fourni de l’information à contrecœur.

Vous pourrez parler de comment vous avez appris à poser des questions choisies au quotidien, moins intrusives (« timing »).

Ou encore, comment vous avez su mieux cerner votre rôle avec les années.

Oui, c’est possible de faire dévier le recruteur de son canevas en l’interpelant sur d’autres choses qu’il aimerait savoir.

(Vous terminez votre phrase)

…Ce qui m’a amené à mieux cerner mon rôle avec les années.

(Silence)

Intéressant. Comment percevez-vous votre rôle désormais?

(Gagné!)

 

 

Je vous donne une autre réponse possible :

Je suis une personne curieuse et cela m’a nuit par le passé…

(Exemple de curiosité)

Depuis, j’essaie que ce ne soit pas perçu comme de l’intrusion. J’entretiens un grand intérêt pour le travail de mes collègues mais je m’efforce de doser ma volonté d’implication. Plutôt, j’offre mon soutien en cas de besoin et les laisse créer de nouvelles approches auxquelles je n’aurais pas pensé!

(Exemple de laisser-aller, créativité)

 

#3 – LA TIMIDITÉ

La timidité, le secret le mieux gardé des recruteurs!

Les embauches de candidats timides ont leur lot de succès et s’avèrent souvent des billets gagnants.

La timidité est davantage un trait de caractère. N’empêche, vous pouvez le présenter comme un défaut : faites ressortir les bons et les moins bons aspects de votre côté réservé.

 

Comment amener la timidité? Avec influence (+sourire)!

Votre opinion est prise en compte. Donnez-leur un exemple!

La timidité est susceptible de vous faire perdre pied dans des situations stressantes, comme une entrevue d’embauche, des présentations ou des réunions d’équipe!

C’est pourquoi l’exemple que vous choisirez pourrait être cette fois où l’on a pris vos recommandations en considération : démontrez votre leadership discret et la prise de position assumée.

En situation de crise, c’est à vous qu’on fait confiance.

Je suis timide, même si ce n’est pas toujours flagrant…

(Exemple de timidité)

Je donne mon opinion de plus en plus dans les réunions d’équipe. Je parle moins d’habitude donc on accorde de l’importance à ce que je dis!

Puis, je respecte toujours les protocoles de rencontres et contribue à les rendre courtes et efficaces!

(Sourire coquin ici)

 

Autres conseils

1. Évitez de la surjouer PAS timide :

Moi? Pas timide du tout!

 

2. Évitez de la surjouer HYPER timide :

Chui tellement timide, j’en grelotte!

 

L’introversion

Vous pouvez leur dire que ce que les autres perçoivent comme de la timidité est en fait de l’introversion.

La timidité est la peur du jugement négatif et l’introversion est une préférence pour les environnements calmes et minimalement stimulants.

 

Susan Cain, extrait de The Power of Introverts in a World That Can’t Stop Talking (traduction libre)

 

#4 – L’ORGUEIL

Ouache! L’ego.

Difficile d’aborder le sujet en entretien d’embauche quand on sait que toutes les entreprises recherchent un gars d’équipe, pas une starlette du travail non-accompli!

Comment rendre les personnes suivantes plus tolérables?

  1. Un racer de Laval ou Saint-Eustache ou (insérer la ville choisie ici).
  2. Un discaire-pigiste du Mont-Royal.
  3. Un blogueur (oups)!

 

On va leur trouver des qualités.

 

Comment amener l’orgueil? Avec leadership (+déchéance)!

Démontrez que vous n’avez que pas tant d’ego que ça si vous êtes capable de le reconnaître!

Présentez vos aptitudes de meneur. Surtout, vous devez regagner des points dans la case « esprit d’équipe ».

J’ai entrepris plusieurs projets significatifs pour lesquels les gens m’ont naturellement suivi, dont…

(Exemple de leadership)

Soit nous avons tous réussi ensemble, ou échoué ensemble mais dans tous les cas, nous en sommes ressortis grandi. L’important, c’est de commencer des choses avec les autres et de les finir avec eux.

(Exemple de déchéance ici)

 

L’exemple de déchéance

Utilisez un exemple qui vous couvre largement de ridicule et riez-en tous ensemble!

Rappelez-vous un épisode pour lequel vous vous êtes cru au-dessus de la ligue. Puis, qui vous a laissé dans le jus de tomates!

C’est le temps de sortir cette carte!!!

Faites passer votre aplomb comme ce qu’ils retiendront majoritairement après l’entrevue, sans oublier le sourire en coin qu’ils auront en se remémorant votre exemple de déchéance!

Humilité, sel, poivre, servir chaud. On a une recette pour s’éviter encore davantage de questions piège.

Vous avez bien lu…

Se livrer une seule fois de façon vraie et unique, c’est éviter d’autres questions du genre : « Quelle est la pire gaffe que vous ayez faite? », « Parlez-nous d’une situation de stress que vous ayez vécue », ou « Quelles mésententes avez-vous subies avec un client/collègue ».

Les recruteurs outrepasseront ces questions pour accélérer l’entrevue, vous donner une bonne note et retourner à leurs fichiers Excel.

 

#5 – LA PARESSE

Vraiment, on ne joue pas dans la dentelle aujourd’hui! La paresse! Wow!! Gare à toi, champion du défaut, on passe à un niveau de difficulté 9/10 : conseils d’experts…pour public d’experts!

Pas le choix : la question est souvent formulée pour nous forcer à puiser dans les pêchés capitaux (« Quels sont vos PIRES défauts? »).

La paresse sonne lourd.

Rarement on fera l’éloge de celle qui se lève à 11h30 ou du gars intelligent qui trouve les meilleurs moyens d’allier confort, boulot et productivité!

 

Comment amener la paresse? Avec gestion des priorités et équilibre de vie!

Vous devrez faire passer la discussion du thème de la paresse à celui de la gestion du temps.

Recueillez-vous sur les vraies valeurs!

Cherchez l’approbation de votre auditoire.

Les recruteurs devront éventuellement hocher la tête en guise d’approbation : visez des points de valeurs familiales, de conciliation et d’équilibre de vie!

Pour y arriver, un exemple ne serait pas de trop! N’oubliez pas la stratégie #3. Une réponse difficile peut vous valoir un score élevé en matière de transparence et de profondeur humaine.

La réalisation professionnelle est cruciale, au même titre que la relaxation. Les deux vont ensemble. Quand je fais les choses à la dernière minute, c’est toujours dans le but de passer du temps avec la famille et les amis. C’est une réalisation valable à mes yeux.

(Exemple d’équilibre de vie)

J’ai appris à être proactif sur mes dossiers…

(Exemple de gestion de dossier proactive)

 

L’intrapreneur

Profitez dès aujourd’hui de ce terme en vogue.

Vous ne faites les choses qu’une seule fois? Vous êtes devenu un expert dans l’art de l’automatisation, de la délégation et du renforcement positif?

Vous êtes un intrapreneur!

La majorité des travailleurs apprennent un système et n’osent pas le modifier. Si vous êtes celui qui a le courage de le modifier, vous êtes peut-être celui qu’ils recherchent :

Je suis paresseux, des fois. Mais j’ai aussi tendance à fournir les bons efforts aux bons endroits. Je suis un intrapreneur! Je peux m’accaparer du travail que peu de gens veulent faire, comme le développement organisationnel : repérer des clients, sélectionner des fournisseurs et améliorer les processus. Mon travail produit de l’argent et permet de sauver des coûts.

(Exemple d’intrapreneur)

 

La procrastination

Tout le monde peut se reconnaître dans ce mot-là aussi :

Je travaille fort mais je procrastine peut-être un peu! J’ai une vision de moi qui paresse mais au fond, c’est parce que je me sens coupable de ne rien faire. Pour m’efforcer d’être moins anxieux, je dois revoir mes standards de succès, comme le reste de la société!

(Exemple de transformation des valeurs)

 

#6 – LA COMMUNICATION RATÉE

La communication ratée, c’est plus facile comme approche. Tellement, qu’on pourrait se demander si c’est légal!

Vous courrez donc un danger important : que les recruteurs n’en n’aient pas assez sous la dent.

Néanmoins, c’est susceptible de répondre à notre deuxième objectif global du jour, soit de passer à la prochaine question subito presto!

 

Comment amener la communication ratée? Avec généralisation!

Globalisez le problème à la race humaine (!) et orientez la réponse sur vos forces.

Tout le monde a déjà fait une erreur de communication! Choisissez-vous un exemple!

Dans ma carrière, j’ai affronté des défis majeurs de communication. Par exemple…

(Exemple de communication ratée)

On peut tous s’améliorer à l’égard des communications! J’en fais partie! Certains sont plus habiles avec les communications orales, écrites, publiques, internes, externes, Web, etc. Pour ma part, mes forces en communication sont les pitchs et le relationnel…

(Exemple de pitch de vente réussi)

 

Récemment, j’ai dit à un collègue de s’occuper du dossier ABC mais il a mal compris mes directives et s’est plutôt penché sur le projet XYZ. J’aurais dû lui dire CECI plutôt que CELA. Ça été problématique, on a eu du mal à rencontrer les échéanciers. À l’avenir, je me rappellerai de communiquer plus clairement mes attentes. Par exemple…

(Exemple de communication bien exécutée)

 

#7 – LE YESMAN

Pas capable de dire « non » hein?

La réponse du yesman est plus crédible et plus originale que celle du perfectionnisme.

Même si elle est empreinte d’un brin de kétaine, la réponse est légitime, tant et aussi longtemps que le tout est présenté comme une réelle faiblesse.

Devant cet effort pour trouver une réponse disculpante, les recruteurs apprécieront assister à votre combat intérieur vers la quête d’un minimum de choses à dire sur le sujet!

Prêt à les surprendre?

 

Comment amener le yesman? Avec cœur et passion!

Vous voudrez jouer la carte du gars qui a le cœur sur la main. Sans oublier une bonne dose d’humilité, n’est-ce pas?

Dire « oui » à n’importe quoi vous rendra moins productif, vous donnera du fil à retordre avec vos priorités. D’autres y auront déjà pensé avant vous! ;)

C’est un peu plus compliqué de trouver des exemples de situations dans lesquelles votre attitude vous a mis dans l’embarras. Ce sont de tels exemples que les recruteurs voudront entendre.

Récemment dans la compagnie XYZ, je me rappelle une fin de mois serrée pour laquelle j’étais encore au bureau à terminer les états financiers un vendredi à 18h00! Un collègue m’a demandé de l’aide pour faire balancer ses chiffres et bien qu’hésitant, j’ai accepté. Ça été plus long que prévu mais on y est finalement arrivé. J’ai dû rentrer le samedi pour terminer mon propre travail mais après avoir aidé quelqu’un d’autre, j’ai terminé le dimanche! Mon boss n’était pas content sur le coup. Après explication, il a compris. Depuis…

 

L’amélioration

Vous êtes entré dans une phase d’amélioration.

Offrez-leur un exemple dans lequel vous avez dit « non ».

Puis, dites comment cela a été bénéfique.

J’ai grandi de cette expérience parce que si j’avais à le refaire, je le referais. Même que c’est arrivé encore récemment, j’ai aidé un collègue, sauf que j’ai su mettre mes limites…

(Exemple de planification et de travail d’équipe)

Ce qui fut différent cette fois-ci, c’est que j’ai planifié mon travail en conséquence, au cas où de telles urgences se présenteraient à nouveau.

 

#8 – LE MANQUE DE SAVOIR OU DE SAVOIR-FAIRE

La beauté dans l’imperfection.

Il vous manque l’une des compétences techniques décrites dans l’offre d’emploi? Vous ne parlez pas anglais? Vous êtes en train de suivre une formation X?

Certains chercheurs d’emploi utilisent le moment des défauts en entrevue pour faire mention d’un manque de savoir ou de savoir-faire technique.

Était-ce une bonne stratégie…? Est-ce que ça répond à la question?

Et bien si ça peut vous sauver en période de déstabilisation, on vous permet de l’utiliser, avec modération extrême!

Par exemple, au troisième défaut.

 

Comment amener le manque de savoir ou de savoir-faire? Avec des compétences transférables (+volonté d’apprendre)!

Dites ce que vous faites présentement pour vous améliorer.

Mentionnez que vous avez appris à vivre avec cette lacune jusqu’à ce jour, mais que votre potentiel de croissance est bien réel.

Il ne vous suffira que de peu pour être à niveau car…

Après tout, vous avez des compétences transférables!

Puis, vous avez déjà débuté l’entraînement : un aspect non-négligeable!

Je connais plusieurs langages de programmation. Je les ai tous appris l’un après l’autre. Présentement, je pratique la technologie X…

(Exemple avec technologie X)

J’ai peur toutefois de ne pas être à jour sur la technologie Y dont on fait mention dans l’offre d’emploi. Elle est assez similaire mais ça fait un bail que je n’ai pas joué avec! Jusqu’à quel point utilisez-vous la technologie Y pour vos clients?

 

Projets futurs? Pas sûr…

Plusieurs chercheurs d’emploi se rabattront sur les études qu’ils ont l’intention d’entreprendre :

…même que j’ai l’intention de débuter des cours en anglais très bientôt!

Ouais, ouais, on l’a déjà entendue celle-là, se diront les recruteurs.

 

D’autres choisiront plutôt la technique du « C’est justement pour ça! » :

C’est d’ailleurs en plein pour ça que je veux travailler chez vous, pour voyager et apprendre l’anglais!

C’est lui qu’on cherchait! (sarcasme)

 

Déstabilisation potentielle

Ce que vous voulez éviter à tout prix?

Que vous déballiez votre sac à propos d’une formation manquante et que ce n’est pas ce que le recruteur veuille entendre :

Présentez-moi plutôt des points d’amélioration qui sont liés à votre savoir-être.

(déstabilisé vous êtes)

 

#9 – LA PERTE DE MÉMOIRE

Si vous êtes lunatique, et bien le voilà votre défaut!

Contemplatif et rêveur, vous oubliez les noms, les adresses, les chiffres, les moments importants, vos clés, votre tête.

Ça doit bien se soigner ça?

 

Comment amener la perte de mémoire? Avec gestion du stress (+humour)!

Encore ici, un bon exemple vous aidera.

Un voyage qui a mal tourné? Une situation malaisante? Des représailles suite à un oubli?

On veut du croustillant!

Mettez-vous en mode anecdotique.

J’oublie vraiment tout, c’est fou! Je me souviens cette fois…

(Exemple d’oubli)

Depuis je tente de mieux m’organiser…

(Exemple de méthode d’organisation)

 

Bien joué! Vous venez de dévier la conversation sur quelque chose qu’ils veulent entendre :  vos capacités d’organisation et de planification!

Puisque ce n’est pas parce que vous oubliez des choses que vous êtes nécessairement désorganisé, n’est-ce pas?

Tenez-vous prêt, ils vous questionneront à ce sujet.

 

Je réalise que ça puisse être frustrant d’être avec moi par fois tellement je suis tête en l’air. Malgré cela, les gens m’acceptent comme je suis, parce que dans toutes les situations, on remarque que je vois le bon côté des choses. Puis, entre amis et collègues, on finit toujours par en rire un jour ou l’autre : qu’on le veuille ou non, ça fait de bonnes histoires à raconter!

(Exemple d’oubli)

 

#10 – L’ENTÊTEMENT

Ayons une pensée pour nos bourriques du 9 à 5, les têtus!

Une belle réponse à exécuter pour la question des défauts en entrevue. Pas trop engageante, vous pourrez vous en sortir gracieusement.

Compétitif, autoritaire, acharné, obstiné, vous versez une détermination excessive dans chaque bataille. Les défaites vous laissent un goût amer en bouche. Vous voulez gagner. Mais vous en oubliez les combats des autres.

L’entêtement, un moyen efficace ou un obstacle à la stratégie?

 

Comment amener l’entêtement? Avec ouverture d’esprit!

N’égratigner l’esprit d’équipe!

On sait maintenant que toute réponse à la question des défauts ne doit pas miner la carte « esprit d’équipe ».

Empruntez une ligne de communication qui vous protègera à cet égard.

Je peux me montrer entêté quand vient le temps de prendre une décision ou de négocier.

(Exemple d’entêtement)

Mais avec le temps, j’ai réalisé que je prends de bien meilleures décisions en équipe et en recherchant des accords gagnant-gagnant.

(Exemple d’ouverture d’esprit)

 

Force de caractère

Vous pourriez également choisir cette voie. Démontrez une situation où l’entêtement à amener un groupe à se tenir débout ou que votre persistance avec un collaborateur s’est avéré bénéfique pour l’organisation.

Envoyez subtilement le message que ce sont les bonnes valeurs (les vôtres), qui l’emportent à la fin de l’histoire.

(Vous terminez votre exemple)

Je suis fier que ce soit la cause la plus juste qui l’ait emportée.

 

Pour l’équipe

Rappelez-vous! Vous êtes entêté à prendre des décisions dans l’intérêt de l’équipe!!!

 

Ce n’est pas toujours la meilleure équipe qui gagne, c’est celle qui a la mieux joué.

 

– George St-Pierre (traduction libre)

 

#11 – LA LOQUACITÉ

Vous dit-on toujours que vous parlez trop?

À l’inverse du timide, vous pouvez traiter du fait que vous êtes une machine à paroles qu’on doit souvent interrompre.

Un défaut non-négligeable!

Là-dessus, je me tais.

 

Comment amener la loquacité? Avec inclusivité!

Même si vous parlez beaucoup, vous êtes inclusif et avez de l’écoute.

Vous voulez faire sentir l’autre bien, l’amener à communiquer davantage.

Votre loquacité est appréciée de vos confrères. Vous mettez de l’atmosphère : on vous le dit souvent!

Je parle beaucoup c’est vrai, mais j’interpelle souvent mes collègues pour obtenir leur opinion. Au fond, je veux juste faire aller les discussions plus naturellement et éviter les silences malaisants. Je pense qu’on peut tirer le meilleur d’une personne en l’amenant à participer, à rire et à bâtir plein de projets ensemble.

(Silence, ils vous demanderont un exemple de projet)

 

Parler ou ne pas parler?

Le fait dire que vous parlez trop rendra soudainement l’entrevue étrange. Pour ce qu’il en reste, vous vous demanderez s’il faut renforcer le défaut ou l’atténuer.

 

La technique de l’animateur

Pour revenir à une atmosphère joviale d’échange, relancez-les avec :

Et vous, quels sont vos points à améliorer?

 

Ils vont trouver ça drôle! Et vous solidifiez ainsi votre message-clé initial (écoute et sollicite les autres), brillant!

 

#12 – LE FUNNY GUY

Coupable!

Si vous êtes comme moi, votre sens de l’humour vous a déjà mené sur des terrains hasardeux, y compris au travail.

Un petit rire nerveux, un silence trop long en attente d’une réaction et ça y est, la blague est un flop.

En entrevue, prendrez-vous le risque que votre petit tour raté manque la cible une seconde fois?

 

Comment amener le funny guy? Avec le bon vin!

Choisissez cette épisode de blague ratée qui comme le bon vin, a pris de l’âge!

C’est la 100e fois que vous la racontez, vous savez comment puncher!

Mon défaut? Je fais parfois des blagues quand il ne faut pas. Par exemple, cette épisode au travail…

(Exemple devenu encore meilleur avec le temps)

Comme aujourd’hui, on en a tous bien ri! Bien sûr, j’ai pris le temps d’aller m’excuser auprès de la personne concernée et nous sommes devenus de très bons amis par la suite. Et cette anecdote ressort encore à chaque souper entre nous!

 

Comme la fois où j’ai amené un ours au travail, on a bien ri…

 

CONCLUSION

J’espère que cette lecture vous a inspiré des histoires de bon goût. Vous aurez compris que les exemples sont toujours la clé de l’énigme.

La vérité, c’est que les recruteurs se meurent d’entendre vos exemples de déchéance! Ils sont des humains comme vousI Ils veulent se voir et se reconnaître en vous.

Tel que présenté, l’humour est la bienvenue dans toutes les situations du quotidien, incluant l’entrevue.

Pour se faufiler dans la toujours-très-difficile question des défauts, pourquoi pas?

Racontez des histoires. Ajustez-votre livraison. Soyez embauché pour votre personnalité!

Au début de la rencontre, les évaluateurs sont souvent eux-mêmes un peu figés. C’est normal. Restez authentique et essayez de vous détendre. Plus vous baignerez dans une attitude de sérénité et de confiance, plus votre langage corporel témoignera de votre état et pourra contaminer positivement les évaluateurs.

 

– Annabelle Boyer, Les 8 signes non-verbaux qui prouvent que votre entrevue se passe bien

POUR OBTENIR CET ARTICLE EN FORMAT E-BOOK, REMPLISSEZ LE FORMULAIRE CI-DESSOUS!

Découvrez 12 défauts en entrevue

 

6 Commentaires

  1. Bravo Matthieu pour ton e-book! Dommage qu’y a des moines qui en ont laissé leurs peaux!
    Tu es un très bon pédagogue ! Sûrement que tu dois être un bon conférencier ! D’ailleurs est ce que tu fais des conférences ??

    J’attends le prochain e-book

  2. Excellent Mathieu! Je garde ça dans mes suggestions de lectures pour mes candidats en préparation à l’entrevue. Moi je suis de l’école qui aime mieux offrir des outils que piéger les gens. Ça va m’être très utile! Meci

    • Merci Mélanie!! En offrant des outils, on obtient le meilleur de la part des candidats, à tout coup! :)

      Je suis ravi que la lecture t’ait plus et que tu comptes la suggérer à d’autres personnes! Merci encore!!

  3. bonjour Mattieu,
    excellent article
    comment présenter comme un défaut ma zénitude à toute épreuve, on la confond beaucoup avec du je m’enfoutisme
    merci

    • Bonjour Imane,

      Bonne question! Une personne calme en toute situation ça peut être déstabilisant!! Peut-être qu’un lecteur saurait comment aborder la chose?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This

Cet article vous plaît?

Partagez-le avec la communauté :)