Guide complet sur la section formation dans le CV

Article rédigé par : le 16 février 2017.

Même si on ne peut pas trop jouer avec; Même si on dit qu’elle est moins importante au Québec que l’expérience de travail; La formation dans le CV prend place à bord de la stratégie de rédaction. Voici comment!

Formation dans le CV

 

La formation, synonyme de direction

Ça va de soi, une formation permet de s’orienter.

Il est prudent d’affirmer sans trop se tromper que le recruteur verra dans cette section du CV, lui-aussi, une direction. Votre direction.

Bien sûr, une formation postsecondaire renforce cette logique.

Téléchargez un modèle de CV!
Formation dans le CV - Exemple #1

Formation dans le CV – Exemple #1

 

Une formation continue (ex. de quelques heures/jours/semaines) soutient la logique, dans une moindre mesure.

Formation dans le CV - Exemple #2

Formation dans le CV – Exemple #2

 

Comme toute vérité n’est pas toujours bonne à dire, toute aspiration n’est pas toujours bonne à dire.

Par exemple, cette fois où vous ne vouliez pas dévoiler (tout de suite) à la firme d’avocat que vous aspirez à devenir Chef cuisinier dans 6 mois!

Formation dans le CV - Exemple #3

Formation dans le CV – Exemple #3

 

Vous voici donc confronté à votre premier dilemme de taille :

Est-ce que j’indique ma formation en cours si elle n’est pas en lien avec le poste?

 

La réponse courte serait non, à mon avis.

La réponse un peu plus longue, si j’avais à l’écrire, je vous dirais que, quand c’est évident que vous avez d’autres ambitions (ex. postulation pour un emploi étudiant), alors là, votre formation en cours ne devrait pas trop « déranger » le lecteur.

La réponse encore plus longue, on s’apprête à rentrer dedans. Vous savez? Le toujours-très-ennuyant dilemme moral. Je m’excuse d’avance si ce texte aborde le thème de l’éthique. La formation dans le CV est sans doute la section qui se prête le mieux à ce sujet. Pendant la rédaction de cet article, je me suis en fait rendu compte qu’il était impossible de faire un guide complet sur la formation dans le CV sans traiter de cet aspect. Les 2 vont juste trop bien ensemble.

Pour en revenir à l’exemple #3 ci-dessus, une firme d’avocat ne le prendra pas de s’être fait caché de l’information! Mais ce n’est pas vraiment ça qui importe. On s’en fout. Parce que l’éthique, ce n’est pas de faire ce que l’autre veut qu’on fasse, c’est de faire la bonne chose quand personne ne regarde.

 

Ce qui nous amène à notre deuxième question du jour :

Est-ce que j’indique ma formation complétée si elle n’est pas en lien avec le poste?

 

Oui, teinté de « ouiiiiiin », à saveur de « vous n’avez pas vraiment le choix! ».

Je n’ai pas croisé beaucoup de chercheurs d’emploi qui jonglaient avec 3 baccalauréats réalisés un à la suite de l’autre et toujours d’actualité pour leur carrière respective. Donc, si vous n’avez pas d’autre baccalauréat à mettre à la place de ce baccalauréat retiré, qui selon vous n’est pas pertinent, vous auriez quand même intérêt à le remettre.

À quelque part, il faut avoir un minimum d’historique, on ne peut pas juste TOUT retirer.

Parfois, on se servira de votre CV pour établir votre salaire. Un « pas de baccalauréat » se substituant à un « baccalauréat surprise », c’est beaucoup de dollars ($) de différence!

C’est un peu le même principe avec un diplôme d’études secondaires. J’ai vu des cas où ça prenait une formation au Cégep. La personne ne l’avait pas. Ne voulait pas mettre l’emphase sur le fait qu’elle avait seulement un DES. Donc elle décida de retirer toute la section formation, au complet!

Je conseillerais de la remettre, pour les mêmes raisons. Vaut mieux présenter un DES que rien du tout.

Formation dans le CV - Exemple #4

Formation dans le CV – Exemple #4

 

Troisième sujet d’intérêt du jour … que j’imagine qu’on va me poser donc j’y réponds tout de suite :

Est-ce que je peux enlever juste ma maîtrise (par exemple) pour viser un poste d’échelon inférieur?

 

Un peu comme les autres questions ci-dessus, on me pose fréquemment l’une d’entre elles afin d’obtenir mon accord pour agir de façon un peu moins catholique! Comme s’il y avait une véritable « marche-à-suivre »…

Vous êtes entré dans un processus de rationalisation et attendez mon OK. C’est flatteur d’attendre mon OK. Mais bientôt, ce sera à votre tour de vous auto-OKifier!

Je vous ai donné mon OK à la question #1 pour omettre d’insérer une formation en cours… Mais si l’expert a dit que c’était OK, est-ce que c’est vraiment OK???

Est-ce qu’on peut qualifier une omission dans le CV de mensonge? Le marketing est-il un mensonge? Le branding personnel est-il une déformation de la réalité?

Si la multinationale Johnson & Johnson et ses 120 000 employés dit qu’elle est une entreprise familiale, pouvez-vous, vous aussi, vous mettre en marché seulement avec les atouts qui vous mettent en valeur?

Si tout le monde le fait, est-ce que ça rend le comportement éthique?

Selon le documentaire (Dis)Honesty : The Truth About Lies, on serait tous des menteurs. Il y a même des mensonges dont on ne se rend plus compte, parce que notre degré personnel d’acceptation de l’anicroche est passé à un autre niveau depuis longtemps. Chacun de nous rationalise différemment la chose. On cherche à nous convaincre nous-même de pourquoi c’est légitime et de pourquoi on devrait continuer à se percevoir comme une bonne personne. Un phénomène qu’on appelle le « Fudge Factor » :

How can it be that at the same time we think of ourselves as honest and then we recognize that we are dishonest? It turns out its all about rationalization. On one hand we want to look in the mirror and think that we’re good, honest, wonderful people. On the other hand we want to benefit selfishly from being dishonest. As long as we cheat just a little bit, we don’t have to pay any price in terms of the image and the way we view ourselves. We call this the “Fudge factor”. So this is the ability to misbehave and think of ourselves as good people.

– Dan Ariely, Professor of Psychology and Behavioral Economics at Duke University, « (Dis)Honesty : The Truth About Lies »

 

Exemple macabre : pensez à Dexter qui utiliser le Code d’Harry pour justifier ses meurtres.

Comme Dexter, vous faites bien ce que vous voulez avec les informations personnelles que vous souhaitez communiquer, ou non. Moi, je n’ai pas contrôle là-dessus. Vous ne serez jamais crucifié en plein dimanche sur le Mont-Royal, puis brûlé à feu vif la nuit tombée. On ne vous versera pas de l’acide dans le globe oculaire. Vous vous en sortirez indemne (fin du paragraphe morbide).

Tout est question d’être confronté à son strech de moralité (le facteur Fudge). Jusqu’où cette moralité s’étend-t-elle? La modification d’un CV se fait dans l’ombre. Ferez-vous la bonne chose?

Après tout, le pire qui puisse arriver, c’est de ne pas avoir l’emploi. Des fois, le pire, c’est aussi d’avoir l’air un peu cave dans l’entrevue pendant environ 5 minutes. Mais gare-à-vous cher déviant! Plus le strech de moralité s’étend, plus vous serez tenté de risquer encore plus à chaque fois.

(…) dishonest behaviour escalates when it is repeated.

– Neil Garret, Chercheur au Department of Experimental Psychology, University College London – « The More We Lie, The Easier It Gets »

 

Mme Marilee Jones s’est hissée au poste de Doyenne des admissions au MIT après avoir falsifié son CV quelques années auparavant et ce, pour mettre un pied dans la porte de la célèbre institution. Au lieu d’avoir écrit qu’elle avait seulement pris des cours au Collège où elle a étudié, elle a « légèrement » (!) transformé l’information pour indiqué qu’elle y avait obtenu son diplôme postsecondaire. Une fois en poste, elle fut promue, est apparue un peu partout dans les médias et a même écrit un livre en appuyant sa crédibilité sur la notoriété de sa position au MIT. C’est devenu encore plus grave : elle se laissait fréquemment appeler « Docteur » même si elle n’avait pas de Ph.D.

Jusqu’à ce que, 28 ans après, la vérité soit dévoilée au grand jour, avec des conséquences désastreuses sur sa vie. Comme quoi un petit mensonge peut prendre un revirement plus grand que nature!

Marilee Jones, image tirée du documentaire "The Truth about Lies" (2014)

Marilee Jones, image tirée du documentaire « The Truth about Lies » (2014)

 

Quelle est la différence, d’un point de vue éthique, entre omettre de dire qu’on s’est fait congédié sur son CV et omettre une formation complétée sur un CV? Le poids de l’omission?

Dans vos valeurs, l’un est normal pour vous : c’est socialement acceptable de ne pas révéler un congédiement dans le CV.

L’autre n’est pas normal. C’est moins socialement acceptable de ne pas révéler une formation dans le CV. C’est mal vu selon plusieurs…

Ce processus s’effectue dans votre for intérieur selon votre vision de la société, selon votre définition de ce qui y est moralement permis et surtout, selon ce qui ne risque pas de nuire pas à votre adhésion à un groupe d’appartenance bien précis.

Pour en revenir à la question de la maîtrise retirée (« Est-ce que je peux enlever juste ma maîtrise pour viser un poste d’échelon inférieur? »), si j’étais à votre place, je dissimulerais effectivement celle-ci.

Je suis le diable incarné.

Moi je pense que c’est une question de « ce n’est pas de tes affaires ce que j’ai fait pendant ces 2 années-là ». Mais ça, c’est MA façon de rationaliser mon entourloupe.

Manque de transparence? Omission volontaire? Ma carrière m’appartient. On va me laisser la raconter avec l’histoire de mon choix.

L’histoire, elle est 100% vraie. On s’entend pour dire que je sélectionne le meilleur extrait pour mon CV, et on se parle du reste en entrevue!

Voilà. Vous venez d’assister à ma rationalisation. Celle qui me permet de continuer à me percevoir comme une bonne personne! :)

Malheureusement, je ne suis pas conforme et honnête tout le temps. Mon code de conduite est corrompu. En aucun cas, le « Matthieu le ferait s’il était à ma place » ne doit influencer votre code. Ma rationalisation des faits (mon facteur Fudge) n’a rien à voir avec la vôtre.

Je prêche néanmoins que le CV, en tant qu’outil de marketing de soi, croyez-le ou non, peut être entièrement vrai. Une maîtrise en trop n’est pas toujours catastrophique. Suffit de trouver l’employeur qui est prêt à vivre avec.

Commencez par l’indiquer, je pense que ce serait ça le bon conseil.

Quand on fait la bonne chose, on ne perd plus de temps à chercher la rationalisation par l’entremise des autres. Sauvez-vous du temps.

Un petit truc un peu plus concret…compensez pour votre formation non-pertinente avec les éléments ci-dessous.

 

  1. Un objectif qui ne fait aucun doute sur vos aspirations. C’est ça qui est génial avec un objectif professionnel vs. un sommaire de l’expérience, le CV exprimera là où on veut aller plutôt que là où on a été. Par exemple, si vous avez passé 20 ans en comptabilité et que vous désirez soudainement réorienter votre carrière en vente :
Objectif dans le CV - Exemple

Objectif dans le CV – Exemple

 

  1. Des compétences transférables seulement. Rien dans la liste qui ne concerne votre ancien domaine d’études ou celui actuel. Supposons, encore une fois, que vous avez 20 ans d’expérience en comptabilité. Vous voulez maintenant travailler dans le service à la clientèle. Choisissez d’indiquer seulement ce qui s’applique dans un domaine comme dans l’autre. C’est ça qu’on appelle une « compétence transférable » :
Compétences dans le CV - Exemple #1

Compétences dans le CV – Exemple #1

 

  1. Des intérêts qui concernent le poste visé. C’est optionnel, mais cela peut aider à consolider une ligne éditoriale. Supposons que vous vouliez œuvrer dans le secteur communautaire en événementiel, un intérêt tel que la décoration intérieure pourra sous-entendre que vous vous acquitterez avec enthousiasme de fonctions liées à la préparation de salles. Le mot « philanthropie pourrait quant à lui venir renforcer votre visée vers le milieu communautaire  :
Intérêts dans le CV - Exemple

Intérêts dans le CV – Exemple

 

  1. Une lettre de présentation faisant également état de vos aspirations du moment. Je vous avais donné un exemple de comment exprimer une réorientation professionnelle dans mon article « 11 exemples de paragraphes pour votre lettre de motivation ». En voici une autre :

Lettre de présentation (réorientation) – Exemple

 

On pourrait aussi penser à des expériences de bénévolat en lien avec le poste convoité, si vous en avez.

 

Le positionnement de la section dans le CV

Quand il est question de positionnement de la formation dans le CV, il n’y a pas 36 avenues. J’en compte 2 – pour un CV de format standard (voir mon modèle de CV gratuit) :

  1. La section formation est avant l’Expérience de travail
  2. La section formation est après l’Expérience de travail

 

Une section formation après l’expérience de travail est la norme, puisque la plupart des gens veulent attirer l’attention sur leur expérience de travail d’abord (…ce n’est peut-être pas votre cas) :

Formation dans le CV - Exemple 5

Formation dans le CV – Exemple 5

 

Une section formation avant l’expérience de travail est moins commune. Elle est parfois placée au début, par convention, par chronologie ou par pertinence :

Formation dans le CV – Exemple 6

 

Votre plus récente expérience de travail n’est pas pertinente du tout? Vous avez beaucoup de formations?

Ou encore, le fait de placer votre formation en première page crée la ligne éditoriale désirée?

Reléguez alors toute votre expérience professionnelle sur la deuxième page si vous croyez que c’est la bonne chose à faire :

Formation dans le CV - Exemple 7

Formation dans le CV – Exemple 7

*Pour réaliser cette stratégie, il faudra parfois y joindre vos formations continues, certifications et autres. On verra ça un peu plus tard.

 

Donc, quel positionnement privilégier?

C’est triste, mais il n’y a pas de recette miracle. C’est vraiment du cas par cas.

Puis une question d’opinion.

À mon avis, quelqu’un qui souhaite réorienter sa carrière doit utiliser son nouveau diplôme à l’avant-plan du CV, afin de clarifier ses intentions. Bien sûr, ça c’est dans le cas où il postule dans le domaine visé.

J’ai appris récemment que ce n’est pas une opinion partagée. Je suis tombé de ma chaise. Je n’ai pas trop compris… Anyway.

J’ai relu un de mes anciens articles. Puis là, j’ai compris. Parce que je disais exactement le contraire il y a 3 ans.

Je mentionnais qu’il fallait mettre la section formation à la fin pour attirer d’abord l’attention sur des expériences et engagements communautaires pertinents.

Mélangeant tout ça, n’est-ce pas?

En y pensant bien, j’imagine que s’il n’y a rien d’intéressant dans vos emplois étudiants, votre parcours scolaire l’emporte au final vs. l’expérience de travail.

Tout le monde a une opinion sur le CV. La mienne n’est qu’une parmi tant d’autres. Pour revenir au positionnement de votre section, demandez-vous simplement : qu’est-ce qui est le plus adéquat pour cet emploi/cette compagnie?

  • Ma formation?
  • Ou mon expérience?
  • Ou mes engagements communautaires?

 

Sur quoi allez-vous vous positionner?

Demandez-vous si vous désirez reléguer votre formation à la deuxième page, ou la mettre en vedette sur la première page afin de signaler encore plus visiblement vos intentions.

 

Pourquoi les compétences apparaissent avant la formation dans l’ordre des sections du CV?

Parce que votre formation prend tout son sens quand elle est traduite en compétences opérationnelles. On peut jouer avec ses compétences pour s’adapter au poste. Même chose pour l’objectif de carrière. Ces sections sont malléables. La section formation, pas vraiment! Donc on met l’objectif et les compétences avant pour s’adapter au poste.

Votre formation dans le CV possède le même usage que la section expérience, c’est-à-dire de valider une compétence sur laquelle vous vous êtes avancé auparavant.

 

Formation scolaire vs. formation continue

Un autre choix s’offre à vous.

Voulez-vous que vos formations postsecondaires baignent dans vos formations d’appoint?

Formation dans le CV - Exemple #8

Formation dans le CV – Exemple #8

 

Ou voulez-vous 2 sections distinctes?

Formation dans le CV - Exemple #9

Formation dans le CV – Exemple #9

 

J’ai d’ailleurs déjà consacré un article sur ce sujet.

Une seule section présente parfois des avantages pour votre ligne éditoriale. En joignant les 2, il est possible que ça fasse plus votre affaire de cette façon-là, parce que la formation continue que vous avez suivie est plus pertinente que votre formation scolaire.

Si votre formation continue est plus récente, cela vous permet de jouer avec l’ordre d’apparition, à condition que les dates le permettent. Par exemple, imaginons que vous désiriez donner du poids à l’aspect « gestion de projet Web », l’extrait #8 que nous avons vu ci-dessus en est un excellent exemple :

Formation dans le CV - Exemple #10

Formation dans le CV – Exemple #10

 

Comme vous le voyez, il n’est pas seulement question de jouer avec l’ordre d’apparition, mais aussi avec le poids en durée (le temps passé en formation), c’est l’un des luxes que l’on peut se payer dans sa section formation.

Seule l’année d’obtention apparaît, c’est non seulement plus épuré de cette façon, mais ça nous permet de mettre cette stratégie ninja à exécution! Bref, oubliez les dates précises (ex. 2010 à 2012). Vous n’avez pas à aller plus loin que l’année à laquelle la formation fut complétée.

Une séminaire de 2-3 jours vs. une maîtrise, c’est vraiment pas égal, on s’entend! Néanmoins, voilà comment on peut donner énormément de valeur à une formation d’appoint grâce à cette méthode, c’est-à-dire la faire valoir plus qu’elle ne le vaut vraiment.

 

La valeur d’une formation À JAMAIS non-complétée

Il y a des chercheurs d’emploi qui tiennent absolument à mettre leur formation non-complétée suivie il y a quelques années de cela.

Par exemple, en utilisant des termes légèrement trompeurs « Études en… » ou « Cours en… » à la place du nom du diplôme.

Formation dans le CV - Exemple #11

Formation dans le CV – Exemple #11

 

Les recruteurs les plus expérimentés sauront tout de suite que la formation n’est pas complétée, car c’est une méthode utilisée fréquemment. D’autres recruteurs ou gestionnaires d’embauche se feront avoir par ce subterfuge. Même si je recommande quelques stratégies ninja dans cet article, je ne suis vraiment pas fervent de cette stratégie-là.

Dans un tel cas, vous exposez carrément que vous vouliez induire votre lecteur en erreur. C’est juste trop évident.

Je conseille d’indiquer très clairement, avec toute la transparence du monde, qu’elle est « Non-complétée », parce que ce sera frustrant pour le recruteur de l’appendre trop tard dans le processus d’embauche (en entrevue ou au moment de fournir une copie de son diplôme) :

Formation dans le CV - Exemple #12

Formation dans le CV – Exemple #12

 

Ou pour présenter la chose de manière plus positive, vous pouvez choisir d’indiquer ce qui est complété :

Formation dans le CV - Exemple #13

Formation dans le CV – Exemple #13

 

Donc, est-ce qu’on indique sa formation non-complétée? (…parce qu’elle est en lien avec le poste et qu’on tient mordicus à la mettre!)

C’est votre choix, mais on s’impose le fardeau de devoir expliquer cet abandon par la suite.

À mon avis, une formation non-complétée a une valeur minime sur le CV, voire une valeur négative, puisque ça représente effectivement quelque chose que l’on a quitté. Bien sûr, c’est un aspect difficile à évaluer parce que tout le monde aura une perception différente à cet égard. Selon moi, si vous avez déjà un parcours instable, je déconseillerais d’en rajouter avec un autre départ hâtif.

 

Une chose vraiment diabolique à ne pas faire!

Inclure votre formation dans le CV comme si elle était complétée, puis révéler en entrevue qu’il vous reste 1 ou 2 cours à faire, que vous n’avez jamais suivis et que vous n’avez pas l’intention de terminer.

Pour moi, ça c’est disqualification automatique. Ça ne passe pas dans MON code ;)

 

Chercher à dissimuler son âge en retirant les années, une bonne idée?

C’est vrai, les dates d’obtention des diplômes révèleront votre âge.

Un peu comme les études non-complétées dont il fut question plus haut, le subterfuge consistant à retirer les dates s’avère une indication claire que vous cherchez à cacher quelque chose. Les recruteurs ne sont pas dupes. Vous avez mis des dates dans toutes les autres sections, mais ahhh…surprise! Pas de dates dans votre section formation!!

Je ne pourrai malheureusement pas entrer dans le sujet de comment on cherche un emploi après 50 ans dans cet article et j’avoue que je suis un peu mal placé pour cela, car je n’ai pas encore eu à vivre avec cette réalité. Ça viendra ;)

Or, pour l’instant, je vais répéter ce que j’ai dit auparavant : la recherche d’emploi consiste à tenter des approches auprès des employeurs jusqu’à temps qu’on trouve celui qui soit prêt à vivre avec nos bons moins côtés, voire qui verront ceux-ci comme des forces. 

Après quelques années comme conseiller en emploi, je constate que ceux qui se rabattent sur leur âge pour s’expliquer leurs insuccès ont perdu leur focus. Il faut miser sur l’amélioration de ses techniques de recherche d’emploi, en particulier sur le repérage de nouveaux employeurs potentiels.

Dissimuler votre âge n’est pas la solution. Vous ne tromperez personne et perdrez en authenticité.

Qui perd son authenticité perd sa crédibilité.

 

Conseil : indiquez les acronymes des établissements d’enseignement

Je n’ai jamais été un grand partisan des mots-clés, parce que les gens virent complètement fous avec ça et que c’est une stratégie passive plutôt qu’active, c’est-à-dire de vouloir se faire retrouver dans une banque de candidatures plutôt que prendre action.

Je suis encore moins partisan des acronymes, car 1 fois sur 2, les gens ne les écrivent pas au long, n’indiquent que l’acronyme, et on n’a aucune idée de ce qu’ils veulent dire!

SAUF QUE, dans la section formation, je recommande d’inscrire les acronymes des établissements d’enseignement, en plus du nom écrit au long. C’est une petite stratégie de mots-clés pour en effet, être retrouvé plus facilement.

Par exemple, on peut facilement conclure, avec raison, qu’un ingénieur qui préfère avoir des candidats provenant de l’École de technologie supérieure est susceptible d’effectuer sa recherche avec 2 termes différents :

  1. École de technologie supérieure;
  2. ÉTS.

D’où l’intérêt de mettre les 2 appellations :

Formation dans le CV - Exemple #14

Formation dans le CV – Exemple #14

 

Formation réalisée à l’étranger

Je vais reprendre quelques-unes des grandes lignes de mon article « CV à la Québécoise : 6 trucs pour immigrant » :

  1. N’indiquez que le pays. On n’a pas besoin de l’adresse exacte, ni même la ville, à moins qu’elle fasse partie du nom de l’institution de délivrance du diplôme;
  2. N’altérez pas l’information : ne changez pas le nom du diplôme original;
  3. Ne vous avancez pas, par vous-même, sur aucune équivalence et évitez à tout prix les termes « équivalent à … » ou « correspondant à… », parce que ce n’est pas à vous de vous prononcer là-dessus : c’est le travail du Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) du Québec;
  4. Si vous avez reçu une équivalence officielle, indiquez clairement les détails de votre équivalence, de la même façon que celle démontrée dans l’exemple #15 ci-dessous;
  5. Vous ressentez le besoin d’en dire plus sur l’établissement ou le diplôme? Insérez simplement un URL pour ne pas surcharger le CV avec des détails inutiles.
Formation dans le CV - Exemple #15

Formation dans le CV – Exemple #15

 

Faut-il indiquer les cours suivis?

Je trouve que dans un CV de 1, 2 ou 3 pages, il y a rarement assez d’espace pour faire la liste des cours suivis. Encore moins pour recopier son relevé de notes en entier!

Certes, cette liste peut s’inscrire dans une stratégie de mots-clés quand on est junior, tout frais sorti des bancs d’école. Cependant, comme je vous disais plus tôt, je suis plus ou moins à l’aise de mettre des mots-clés juste pour mettre des mots-clés.

Pour ma part, j’ai toujours préféré « traduire » les apprentissages en compétences. Par exemple, vous avez étudié en administration de réseaux informatiques. Voici ce à quoi le début de votre section compétences pourrait ressembler :

Compétences dans le CV - Exemple #2

Compétences dans le CV – Exemple #2

 

Autres scénarios

N’allez pas chercher trop loin. Si votre cas n’est pas couvert dans cet article, recentrez-vous sur votre objectif à très très court terme :

  1. Le poste visé;
  2. L’entreprise visée;
  3. Le secteur d’activité visé.

Posez-vous la question « Est-ce pertinent en fonction de mon objectif? »

Prenez une décision. N’ayez pas peur de vous fier à votre jugement.

N’empêche, si vous avez besoin d’éclaircissement, je serai là pour tenter de répondre le mieux possible à vos questions.

Merci de m’avoir lu!

Faire rédiger mon CV

Doublez le nombre d

6 Commentaires

  1. Super travail Matthieu !!!

    Comme tu dis, je suis d’accord que chaque personne qui examine le cv d’un autre aura des commentaires (peu importe lesquels)

    Tu mentionnes qu’il est plutôt négatif de mettre une formation avec mention «non complétée». Personnellement, je préfère la voir pcq (parce que ;-)) ça m’informe ce que le candidat a fait à ce moment. Ex. génie mécanique (année 1-2), ensuite génie électrique (année 3 à 6). Cela m’informe qu’il a peut-être l’esprit plus électrique que mécanique ou que ces préférences vont vers la seconde discipline. Pour moi, c’est un plus, pcq j’ai un candidat plus polyvalent.

    Pour ce qui est de retirer les années … pour moi cela ne fait pas de sens de les retirer pcq à moins de s’appeler Mathieu (génération Y) versus Matthieu (génération X), tout le monde comprendra, même sans date, que si un candidat s’appelle Honorius avec un CV truffé de réalisations exemplaires versus un Jean-Christophe (Y), il y a quelques décennies qui séparent les deux! Et si le client veut un ‘Green’ pourquoi contacter des ‘King Pin’ pour l’entrevue et lui offrir un salaire de novice ?? Le client BRÛLE sa marque-employeur et, l’expérience-candidat se retrouve sur Glassdoor, ratemyemployer etc. ! Au final, ledit client devra 1) gérer le personnel qu’il aura choisi et, 2)corriger une conséquence d’un comportement déviant de sa part, vis-à-vis le candidat qu’il n’a pas aimé son expérience… Que la remarque soit vraie ou fausse. Par conséquent, l’employeur se plaindra de «rareté de ressources» pcq plus personne ne sera intéressée de travailler chez cet employeur.

    (Note : 90 % des diplômés qui ont entendu un commentaire négatif concernant un employeur, ne postuleront jamais à cet endroit …)

    Permets-moi, stp, de faire un aparté sur la « rareté des ressources », je vais exprimer comment cela est interprété de l’autre côté de la table!

    Pour moi, quelqu’un qui dit qu’il y a «rareté des ressources», est celui qu’il recherche un écureuil POURPRE! Ça,il y en a vraiment pas beaucoup au Québec, je te l’accorde. Très peu d’employeurs sont suffisamment mûrs (c-à-d: mature + temps de sagesse) pour avouer debout haut et fort qu’ils ont fait des erreurs… C’est plus facile de mettre le singe sur l’épaule des autres. De plus, «rareté des ressources = employeur pingre, Cheap Labor !!! » Augmentez le salaire horaire DE 10$-15 $ et soudain … plein de cv entrent à ne plus savoir où les mettre. J’ai des exemples concrets avec un employeur qui servait de comparatif(Pratt&Withney)… Il y a près d’un demi-million de chômeurs au Québec, rareté des ressources ??? Ça fait immature et incompétent! Comment se fait-il que les postes pointus en Afrique, en Australie, en Nouvelle-Guinée, en Nouvelle-Calédonie … se comblent ??? Allez dans un Centre-local d’emplois et dites fort qu’il y a rareté des ressources au Québec, vous êtes mieux d’être accompagné d’un gorille! (:-))

    Je ne t’apprendrai pas que l’employé NE va PAS au travail pour enrichir l’actionnaire… Il y va pour s’accomplir et apporter quelque chose au produit final. Présenter l’argument de «rareté…» ça envoie un TRÈS mauvais signal au candidat, et, au final, l’employeur se retrouvera dans une situation encore plus pénible.

    Matthieu, ne trouves-tu pas ça bizarre que tu as fait un excellent travail avec pleins de trucs à vérifier, à mettre ou à retirer de son cv parce que certains font la «fine bouche» et crient haut et fort à la «rareté des ressources» ?

    Bonne journée

    • Bonjour Richard, je vous remercie de votre commentaire et suis content que vous ayez apprécié mon travail :)

      Concernant la rareté des ressources, je ne suis pas sûr d’être de votre avis. Je pense qu’on confond ici « rareté des ressources » et « rareté de bonnes ressources ». Il y a un monde de différence entre trouver quelqu’un qui peut faire le travail, sur papier, et quelqu’un qui va le faire mieux que les autres au quotidien.

      Je trouve les termes « immature et incompétent » un peu forts, parce que c’est parfaitement humain de se créer des attentes déraisonnables (l’écureuil pourpre), non seulement dans le monde du travail mais dans toutes les sphères de la vie. Difficile d’en vouloir aux gestionnaires qui veulent trouver la meilleure personne pour leur équipe.

      Difficile aussi d’être en désaccord avec le fait qu’ils doivent revoir leurs attentes à la baisse et leurs salaires à la hausse. Je pense qu’ils font leur laisser le temps, à chacun d’entre eux, d’apprendre à mieux connaître le marché ainsi que leur pouvoir d’attraction. Les PME composent notre économie et elles ne sont pas en période d’embauche à tous les mois. Je ne crois pas que quelqu’un qui soit méconnaissant soit nécessairement incompétent. Il faut être patient avec eux. Il faut être patient avec les chercheurs d’emploi, qui eux aussi doivent s’adapter au marché, car eux non plus ne recherchent pas un emploi à chaque mois.

      Ça prend un certain cheminement pour en venir à faire des compromis. C’est là toute la beauté des compromis : ils représentent une évolution, une meilleure connaissance.

      Ceux qui ne font jamais de compromis sont des gens bornés. Et je pense que c’est à eux que s’adresse votre commentaire.

      Au plaisir de vous lire,

      • Félicitation pour cet article, très brillante composition, je suis très fier de toi .De ton père qui t ‘aime et qui pense à toi.
        Désolé je n’ai plus besoin de CV !…

        Je t’embrasse très fort xxx

        À bientôt de te revoir …

  2. Bonjour,

    Comment dois-je présente l’ordre professionnel dont je suis membre?

    • Bonjour Marie,

      Vous pouvez, entre autres, créer une section « Accréditation » et/ou en faire mention sous votre nom et vos coordonnées (ex. Membre #1234567 de l’Ordre…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php
$(document).ready(function() { $(".cv-preview").fancybox(); });